NOUVELLES
22/01/2016 07:34 EST | Actualisé 22/01/2017 05:12 EST

La tempête «Snowzilla» ensevelit Washington (PHOTOS)

Les premiers flocons ont commencé vendredi à ensevelir l'est des États-Unis sous une épaisse couche de neige, qui pourrait atteindre 60 cm notamment à Washington, conduisant les autorités à prendre toutes les précautions face à cette tempête qui s'annonce record.

«Je veux être très claire avec tout le monde. Nous percevons cela comme une tempête majeure et potentiellement meurtrière», a déclaré aux journalistes la mairesse de la capitale fédérale, Muriel Bowser.

Près de 50 millions de personnes devraient être affectées par la tempête Jonas, surnommée par le quotidien Washington Post « Snowzilla », et dont les premiers flocons ont commencé à tomber vers 13 h, comme prévu.

Galerie photo «Snowzilla» aux États-Unis Voyez les images

«Une zone de basses pressions centrée sur le sud-est des États-Unis va continuer à créer une tempête hivernale majeure qui va affecter une large partie de la côte Est (...) à partir de vendredi et tout au long du week-end», avertit le dernier bulletin des services météorologiques. Ceux-ci ont émis des alertes au blizzard pour plusieurs États.

«Les chutes de neige pourraient dépasser les 60 cm dans certaines régions, y compris Baltimore et Washington», ont-ils précisé.

La veille, ils avaient également mis en garde contre du verglas, des vents forts (jusqu'à 90 km/h) et des inondations côtières. Une quinzaine d'États devraient être affectés, depuis la façade Atlantique (entre New York et la Caroline du Sud) jusqu'à l'Arkansas, dans le sud.

Les vents violents se révèlent particulièrement dévastateurs dans un pays où le réseau électrique est rarement enterré. Il n'est pas rare que des centaines de milliers de personnes se retrouvent privées d'électricité pendant plusieurs jours, y compris dans les banlieues huppées de Washington.

Les premières coupures ont commencé en Caroline du Nord où quelques 67.700 personnes sont concernées, selon les services d'urgences de cet État.

Dans la capitale américaine, qui pourrait subir ses plus fortes chutes de neige en près d'un siècle, quelque 5 cm recouvraient le sol quatre heures après le début des intempéries, selon les météorologues du Capital Weather Gang.

La capitale, où le gouvernement fédéral a fermé ses bureaux dès midi, devrait être totalement paralysée, car, fait rare, le gestionnaire de ses transports en commun WMATA a décidé de suspendre les bus à partir de 17 h (22 h GMT), mais également de fermer le métro dès 23 h pour tout le week-end.

Ce métro est le deuxième plus fréquenté du pays, après New York, avec environ 700.000 passagers transportés chaque jour en temps normal. Il n'a jamais été fermé aussi longtemps en plus de 40 ans d'existence, selon le Washington Post.

« Extrêmement dangereuse »

Des milliers de vols ont également été annulés. Selon le site spécialisé flightaware.com, près de 2.400 vols ne décolleront pas aux États-Unis vendredi, et plus de 4.500 pour le week-end.

La compagnie American Airlines a annulé tous ses vols samedi à Washington, New York, Baltimore et Philadelphie. United Airlines a fait de même samedi pour l'aéroport international de Washington Dulles.

Des compagnies étrangères ont aussi pris leurs précautions, comme Alitalia qui n'assurera pas de vols samedi à New York, dont le maire Bill de Blasio a indiqué jeudi que la ville pourrait recevoir entre 20 et 30 cm de neige.

Les compagnies ferroviaires ont décidé de réduire la fréquence de leurs trains sur la côte Atlantique, entre Boston (nord-est) et la Virginie plus au sud.

La tempête « a le potentiel de devenir extrêmement dangereuse », avait prévenu jeudi le directeur du National Weather Service, Louis Uccellini, évoquant une « tempête potentiellement paralysante ».

Si les prévisions se concrétisent, la tempête Jonas se placerait en deuxième position des plus grosses quantités de neige déversées en deux jours sur Washington, le record ayant été établi en 1922 avec 66 cm tombés en 48 heures.

Washington et les États voisins de Virginie et du Maryland se sont placés en état d'urgence.

Le match de hockey sur glace (LNH) entre Washington et Anaheim prévu vendredi en fin d'après-midi a été reporté et une autre rencontre programmée dimanche midi contre Pittsburgh est en sursis. La NBA a aussi pris les devants et a reporté les matches de basket prévus samedi à Washington et à Philadelphie.

Les habitants de la capitale, où les écoles publiques étaient fermées vendredi, ont fait le plein de victuailles essentielles pour tenir tout le week-end, formant de longues files d'attente dans les supermarchés.

Au programme de leur week-end : rester au chaud, regarder la télévision, se reposer et, s'il y a des coupures d'électricité, lire.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter