NOUVELLES
22/01/2016 09:27 EST | Actualisé 22/01/2017 00:12 EST

Hausses de loyer: des réserves de la part des propriétaires et des locataires

MONTRÉAL — Comme à chaque année, la Régie du logement vient de publier des barèmes pour aider les propriétaires et les locataires à calculer les hausses de loyer. Pour un logement dont les frais de chauffage sont assumés par le locataire, elle suggère une hausse de 0,4 pour cent pour l'année 2016.

La Régie du logement rappelle que ses estimations ne tiennent cependant pas compte des ajustements attribuables aux augmentations des taxes municipales et scolaires. Elles ne tiennent pas compte non plus de l'augmentation des primes d'assurances.

De plus, la situation de chaque immeuble ou logement peut varier en fonction des rénovations qui ont pu y être faites.

Au cours d'une entrevue, la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec a dénoncé les données manquantes dans le calcul de la Régie, notamment les hausses de taxes foncières, de taxes scolaires et des primes d'assurances. Pour ces raisons, elle préférerait que la Régie s'abstienne de faire de telles suggestions chaque année ou, à tout le moins, qu'elle propose plutôt une fourchette de hausses raisonnables, en tenant compte de ces hausses de taxes et primes.

Du côté des locataires, le Front d'action populaire en réaménagement urbains (FRAPRU) a souligné que même avec une mince hausse comme 0,4 pour cent, certains locataires sont étranglés financièrement et ont peine à arriver.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!