NOUVELLES
22/01/2016 09:45 EST | Actualisé 22/01/2017 00:12 EST

Des demandeurs d'asile irakiens renoncent à rester en Finlande

Après être arrivés en masse en Finlande en 2015, beaucoup d'Irakiens renoncent à rester dans ce pays nordique, 70% des demandes traitées ayant été abandonnées, a-t-on appris vendredi auprès des services finlandais de l'immigration.

Selon les statistiques, sur 3.700 dossiers d'Irakiens étudiés en 2015, près de 2.600 ont été classés sans suite car le requérant a retiré sa demande, ou bien car il a tout simplement disparu.

"Ils nous disent que des affaires familiales dans leur pays d'origine les forcent à y retourner. Certains trouvent l'atmosphère finlandaise hostile et certains ne restent pas à cause de l'obscurité de l'automne et le froid de l'hiver", a expliqué à l'AFP Juha Simila, responsable des questions d'asile auprès des services de l'immigration.

Selon lui, les Irakiens jettent aussi l'éponge à cause de la durée du traitement des demandes.

En 2015, 20.500 demandes ont été déposées par des ressortissants irakiens, qui avec 63% des demandes constituent le plus gros groupe de réfugiés dans le pays, mais seulement 3.700 d'entre elles ont été traitées.

Pour Tareq Thajeel Ajaj, originaire du sud de l'Irak, la désillusion a été immense.

"Je ne sais pas ce qui va m'arriver en Irak, mais ici je vais mourir mentalement", expliquait-il en décembre au quotidien Helsingin Sanomat de la Finlande en Décembre.

En octobre, Helsinki a rendu l'asile plus difficile pour les Irakiens, avançant que leur pays était devenu plus sûr que par le passé.

ank-je/cbw/cls

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!