NOUVELLES
21/01/2016 12:45 EST | Actualisé 21/01/2017 00:12 EST

Le ski acro, cette histoire de famille

Il y a eu Alexandre Bilodeau et sa soeur Béatrice, Philippe et Vincent Marquis, les frères Laroche, les trois soeurs Dufour-Lapointe et qui encore! Avec Alex-Ann Gagnon qui a rejoint son frère Marc-Antoine au sein de l'équipe canadienne qui participe aux Coupes du monde, plus que jamais, le ski acrobatique d'ici est une histoire de famille!

Un texte de Jean-Patrick Balleux

« Depuis que je suis jeune, mon frère est mon modèle, pas juste en ski mais dans la vie aussi », lance Alex-Ann Gagnon, à quelques jours de la Coupe du monde de bosses de Val Saint-Côme, la deuxième de la saison.

La soeur du médaillé de bronze aux mondiaux de Kreischberg en Autriche en 2015 et du détenteur de la cruelle 4e place aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 participe pour la première fois à toutes les étapes de la saison.

« Je veux qu'on me donne ma chance. Je sais que j'ai ma place, mais les filles sur le circuit sont exceptionnelles. Au classement mondial, excluant la nouvellement retraitée américaine Hannah Kearney, les Canadiennes étaient parmi les 5 meilleures au monde en 2014-15. C'est dur, mais de savoir que j'ai ma place avec elles, c'est un bon sentiment », explique Alex-Ann, qui figure au 5e rang après la Coupe du monde de Ruka. D'ailleurs, en Finlande, la jeune Gagnon a éliminé en bosses en parallèle la championne olympique Justine Dufour-Lapointe. « Une skieuse exceptionnelle », répète celle qui a commencé à faire des bosses... pour avoir le droit de faire comme son frère dans la station de Lanaudière.

Saison écourtée

Marc-Antoine Gagnon participera, comme sa soeur, à l'épreuve de Val Saint-Côme. Dans sa cour, puisque la famille Gagnon y possède un chalet depuis plusieurs années. Bien avant la construction du centre national d'entraînement de ski acrobatique. Vous dire à quel point la famille est tombée dans le ski? Papa Patrice et maman Diane se sont rencontrés sur les pentes du mont Sainte-Anne, ils ont transformé leur voyage de noces en voyage de ski et aujourd'hui, par la fenêtre de la cuisine du chalet de Val Saint-Côme, on a une vue imprenable sur la piste « Alex Bilodeau ». C'est aussi dans ce chalet qu'est conservé le dossard no 7 qui a permis à Marc-Antoine de terminer au pied du podium à Sotchi.

« Chaque fois en Coupe du monde, je veux faire un podium. C'est mon objectif en fin de semaine, mais ce sera plus difficile parce que je suis blessé », confie le bosseur dont l'épaule gauche passera sous le bistouri au cours des prochains jours. Une blessure qu'il traîne depuis le camp d'entraînement en août.

« Quand tu skies, à chaque bosse, tu plantes ton bâton et à 30-40 km/h, ça fait mal à l'épaule », lance Marc-Antoine. L'athlète de 24 ans devrait retrouver les pentes et l'entraînement en juin, après son opération de la semaine prochaine. Selon lui, à deux ans des prochains jeux olympiques en Corée du Sud et en année sans championnats du monde, le moment est parfait pour « réparer la machine ».

Les qualifications de la Coupe du monde de Val St-Côme commenceront à 9 h (HNE) samedi. Les finales sont prévues à 13 h 30. Et oui, les parents Gagnon seront au bas de la piste. « Nous, c'est un bonheur de voir nos deux enfants en Coupe du monde, mais malgré tout, comme parents, on va être stressés. On aura une barre dans le ventre, le souffle coupé, confie Diane Jacob, la maman des deux skieurs. Aux Olympiques je ne sais pas comment Patrice et moi, on a survécu à tout ça. Imaginez si les deux devaient se rendre aux Jeux olympiques de 2018. « Un jour à la fois! », conclut Diane.