NOUVELLES
21/01/2016 14:37 EST | Actualisé 21/01/2017 00:12 EST

La chef conservatrice veut une réglementation rapide des dispensaires de pot

OTTAWA — Une entrevue radiophonique déroutante sur la légalisation de la marijuana et la réglementation de sa vente par les libéraux fédéraux a plongé la chef par intérim des conservateurs dans l'embarras.

Rona Ambrose a été critiquée pour l'interview qu'elle a accordé à la radio CKNW de Vancouver durant lequel elle a souhaité que le gouvernement de Justin Trudeau ralentisse la cadence en ce qui concerne la légalisation du pot, mais aussi déclaré que les libéraux devraient accélérer la réglementation du nombre grandissant de magasins illégaux qui vendent de la marijuana.

L'ancienne ministre de la Santé a assuré que sa préoccupation première avait toujours été la santé publique, plus particulièrement les conséquences de la consommation du pot sur le développement des neurones.

Elle a rappelé au passage l'investissement de sept millions $ de son gouvernement dans une campagne publicitaire antidrogue lancée en 2014. Trois organisations médicales nationales avaient refusé de sanctionner cette campagne financée avec l'argent des contribuables, affirmant ne pas pouvoir soutenir des messages politiques ou des publicités sur cette question.

Les annonces du gouvernement étaient arrivées à l'époque où les conservateurs menaient une campagne soutenue contre Justin Trudeau. Les conservateurs accusaient M. Trudeau de vouloir rendre le pot plus accessible aux enfants, notamment en le vendant dans les dépanneurs situés à proximité des écoles.

Alors que les conservateurs attaquaient les libéraux sur leur promesse de légaliser la marijuana, les boutiques de marijuana illégales se multipliaient à Vancouver sous le couvert de dispensaires offrant de la marijuana à des fins médicales.

Mme Ambrose a de nouveau dénoncé sur les ondes de CKNW le fait que le nombre de ces magasins ait explosé à Vancouver en raison des politiques municipales mises en place et a dit s'inquiéter que ces boutiques ne prolifèrent encore plus avec les libéraux au pouvoir.

«Nous n'avons aucune idée de ce qu'auront l'air les règlements, mais peu importe à quoi ils ressembleront, le premier ministre Trudeau a promis qu'il empêcherait le pot de tomber entre les mains des enfants, ce qui est bien, ce qui est la chose que nous devons faire», a indiqué Rona Ambrose.

«Alors, j'espère que le plus vite ils bougeront dans ce dossier, le mieux ce sera, parce que la prolifération de dispensaires de pot est plutôt importante et pas seulement ici, à Vancouver, mais partout au pays, et ils ne sont pas réglementés. Alors, plus vite ils agiront, le mieux ce sera pour protéger les enfants.»

La leader conservatrice n'était pas disponible pour clarifier sa position concernant ce dossier, jeudi. Son porte-parole a cependant déclaré à La Presse Canadienne qu'il était évident que Mme Ambrose recommandait d'accélérer la réglementation des dispensaires, pas la légalisation de la marijuana.

Les conservateurs n'ont pas précisé comment le gouvernement pourra réglementer ces magasins qui vendent un produit illégal, mais ils ont proposé durant la campagne électorale de l'automne dernier de décriminaliser la possession de marijuana.