NOUVELLES
21/01/2016 05:40 EST | Actualisé 21/01/2017 00:12 EST

La carrière de Lleyton Hewitt terminée

Le 21 janvier 2016 marque la fin de la carrière de l'Australien Lleyton Hewitt qui a disputé son dernier match de tennis au deuxième tour des Internationaux d'Australie.

Une carrière à laquelle a mis fin l'Espagnol David Ferrer en l'emportant 6-2, 6-4 et 6-4.

« J'ai tout donné ce soir, comme d'habitude, je n'ai rien laissé au vestiaire et c'est quelque chose dont je peux être fier », a dit Hewitt sur le court de Rod Laver Arena.

Vainqueur des Internationaux des États-Unis en 2001 et de Wimbledon l'année suivante, le vétéran de 34 ans ne délaissera pas le tennis pour autant puisqu'il devient capitaine de l'équipe australienne de Coupe Davis.

En 2002, il était devenu le plus jeune numéro un mondial de l'histoire, à 20 ans seulement, mais un certain Roger Federer, en pleine ascension, l'a empêché de savourer plus longtemps sa place au sommet.

Suivront ensuite Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray. Face à ces surdoués, Hewitt ne faisait plus le poids.

Il n'a pas atteint le carré d'as d'un tournoi du grand chelem depuis 2005, ni les quarts depuis 2009.

Dès l'année suivante, il était éjecté définitivement du top 10, à cause de nombreuses blessures, mais surtout faute d'avoir le talent nécessaire pour rivaliser avec la nouvelle génération.

Un homme de caractère

Hewitt avait maintenant chuté au 308e rang mondial. Mais il ne disputait presque plus de tournois, seulement neuf en 2015.

Au cours de sa carrière, Hewitt a présenté une fiche de 615-261 et remporté 30 titres, dont deux dans des tournois Masters. Mais jamais, il n'a triomphé devant les siens. Son meilleur résultat à Melbourne est une finale en 2005, perdue contre Marat Safin.

« Pendant toute ma carrière, j'ai toujours été à 100 %, j'ai toujours adoré la compétition », a ajouté Hewitt, qui participait à ses 20es Internationaux d'Australie.

L'ovation des spectateurs a été belle, faisant presque oublier que le joueur n'a pas toujours été populaire, à cause de son mauvais caractère.

Pour son tout dernier match, il s'est d'ailleurs permis de traiter l'arbitre d'« imbécile ».

Ferrer a aussi rendu un bel hommage à son adversaire. Il a révélé que l'Australien était le seul joueur dont il conserve un maillot autographié dans son petit musée personnel, chez lui en Espagne.