NOUVELLES
21/01/2016 08:17 EST | Actualisé 21/01/2017 00:12 EST

La campagne anti-EI "porte ses fruits", selon le commandant du porte-avions français

Le commandant du porte-avions français Charles de Gaulle a indiqué jeudi que l'intensification des frappes contre l'Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie "porte ses fruits" en dépit des difficultés de partage de l'espace aérien avec les Russes.

"L'intensification des frappes contre Daech (acronyme arabe de l'EI) porte ses fruits", a déclaré le contre-amiral René-Jean Crignola aux journalistes à bord de son bâtiment, en escale de six jours à la base navale française à Abou Dhabi.

Le Charles de Gaulle est en mission dans la région du Golfe où il a été engagé fin 2014 pour intensifier la campagne française de frappes contre l'EI après les sanglants attentats du 13 novembre à Paris.

Ses 26 appareils s'ajoutent aux six Rafale et six Mirage 2000 français basés respectivement aux Emirats arabes unis et en Jordanie, qui participent aux opérations de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis contre l'EI en Irak et en Syrie.

"Nous allons poursuivre dans cette direction avec l'ensemble des nations de la coalition qui augmenteront autant que possible leurs efforts pour vaincre définitivement Daech dans les mois à venir", a dit le contre-amiral Crignola.

Tout en assurant prendre des mesures pour qu'"il n'y ait pas de dommages collatéraux", il a souligné que "Daech est à la défensive" particulièrement en Irak où le groupe jihadiste "est en recul et a perdu du terrain".

"Il s'agit maintenant de consolider cette avance, de poursuivre ces efforts, pour que dans les mois à venir nous puissions définitivement vaincre Daech tant en Irak qu'en Syrie".

Au total, plus de 300 sorties au dessus de ces deux pays ont été menées depuis le déploiement de Charles de Gaulle dans la région, avec une moyenne de 10 à 15 sorties quotidiennes, selon lui.

"Nous opérons aussi, bien sûr, au dessus de la Syrie, où l'aviation russe et syrienne opère aussi", a dit le commandant du porte-avions français, ajoutant qu'un accord américano-russe permettait de surmonter les difficultés de partage de l'espace aérien.

Selon lui, cet accord permet d'"éviter toute interaction, tout acte regrettable qui pourrait se passer entre des avions de la coalition et des avions russes".

Mais "on ne coopère pas, il n'y a pas de coordination ni de coopération" avec les Russes, a-t-il dit, avant d'ajouter: l'essentiel, c'est "que les raids soient conduits en toute sécurité aérienne. C'est ce que nous faisons et ça marche très bien".

Après son escale à Abou Dhabi, la capitale des Emirats, le Charles de Gaulle va rejoindre sa zone de déploiement opérationnel dans la région, selon son commandant.

kam/tm/hj