NOUVELLES
20/01/2016 20:45 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

L'Alaska c'est spécial, explique à Washington un chasseur d'élans

Quand, un beau jour de 2007, John Sturgeon est tombé en panne aux commandes de son petit aéroglisseur sur une rivière perdue de l'Alaska, il n'imaginait sûrement pas que les neuf juges de la Cour suprême des Etats-Unis en parleraient.

Et pourtant ce chasseur d'élans est à l'origine d'un casse-tête juridique qui, en plus de remonter des milliers de kilomètres jusqu'à Washington, a plongé dans la perplexité les sages du temple du droit américain.

Tandis qu'il était occupé à réparer son embarcation sur la berge de la rivière Nation, M. Sturgeon a en effet été abordé par des agents fédéraux en uniforme, qui lui ont assuré que la réglementation de l'Office des parcs nationaux interdisait l'utilisation d'un aéroglisseur, jugé trop bruyant.

"Comment?", s'est écrié le propriétaire de l'engin dûment immatriculé, grâce auquel il traquait l'orignal depuis plus de 15 ans.

Cette rivière, a affirmé en substance l'homme d'affaires, a beau faire partie d'un domaine public, ce n'est pas à un bureau fédéral d'y autoriser ou non la navigation, mais à l'Etat de l'Alaska.

John Sturgeon a alors rassemblé les pièces de son dossier et saisi la justice, prêt à interjeter tous les appels imaginables pour se voir reconnaître raison face aux bureaucrates du gouvernement.

Peu à peu son obstination lui a rallié des centaines d'admirateurs et de soutiens, dans cette terre dominée par les républicains.

Des collectes de fonds ont été organisées en son nom, permettant de réunir un pactole pour financer ses avocats. Les deux sénateurs de l'Alaska ont épousé sa cause. Et, cerise sur le gâteau, M. Sturgeon a obtenu que l'Etat de l'Alaska lui-même appuie son combat.

Pour évaluer les questions juridiques en jeu, un rappel historique est nécessaire concernant cet immense territoire d'origine russe, devenu en 1959 le 49e Etat de l'Union.

Dans beaucoup d'Etats situés à l'ouest de l'Amérique, une bonne partie des terres appartiennent au gouvernement fédéral, ce qui est source de conflits avec les populations locales, qui demandent à exploiter les ressources plutôt que de les protéger.

- Grogne dans l'Oregon -

Par une pure coïncidence du calendrier, l'affaire Sturgeon était d'ailleurs entendue mercredi à Washington alors que des agriculteurs armés occupent un parc naturel de l'Oregon, prêts à en découdre avec les autorités fédérales qu'ils accusent de multiplier les règlements entravant leurs activités.

En Alaska, la proportion des terres fédérales atteint 61%. De la fin des années 1950 aux années 1970, le gouvernement s'est donc retrouvé sous pression d'en rétrocéder une partie, soit aux populations amérindiennes d'origine, soit à l'Etat, soit à des investisseurs privés.

Certains de ces territoires sont néanmoins restés dans les frontières des parcs nationaux, dans un patchwork compliqué et avec un statut hybride. Le casse-tête était créé, n'attendant plus que John Sturgeon pour apparaître au grand jour.

Mercredi lors de l'audience solennelle à la Cour suprême, les arguments soulevés par le chasseur d'élans ont recueilli l'oreille attentive de plusieurs juges conservateurs, toujours méfiants d'un empiètement des autorités fédérales.

L'immense et sauvage Alaska, quatre fois plus étendu que la Californie, a des particularités impossibles à écarter, ont martelé les avocats de Sturgeon.

"Les voies d'eau en Alaska sont utilisées de façon très différente que dans les 48 d'en bas", a expliqué Ruth Botstein, en utilisant l'expression par laquelle les Alaskiens désignent le reste des Etats de l'Union (hors Hawaï).

"Dans la Réserve naturelle des Yukon Flats par exemple, il y a trois villages de moins de cent habitants qui sont à des centaines de kilomètres de toute route. Et cela est courant en Alaska", a-t-elle ajouté.

Concernant cette affaire, plusieurs experts estiment possible que la Cour suprême choisisse de dépasser les frontières de l'Alaska et dresse de nouvelles limites au contrôle des terres fédérales.

seb/vog/sha/tll