NOUVELLES
21/01/2016 04:32 EST | Actualisé 21/01/2017 00:12 EST

Deux hauts diplomates envoyés par Damas pour négocier avec l'opposition à Genève

Deux diplomates de haut niveau dirigeront la délégation du régime syrien aux négociations indirectes prévues à Genève avec l'opposition pour tenter de mettre fin à la guerre en Syrie, a indiqué jeudi une source gouvernementale.

Cette délégation sera menée par le vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Moqdad et l'ambassadeur de Syrie à l'ONU, Bachar Jaafari.

Elle comprend en outre trois diplomates et huit juristes, selon cette source.

Un journal proche du pouvoir à Damas a fait en revanche état de divergences sur la composition de la délégation de l'opposition, qui pourraient retarder le début des pourparlers prévus à partir du 25 janvier.

La coalition la plus importante de l'opposition a nommé mercredi un chef rebelle islamiste soutenu par Ryad, Mohamed Allouche, du groupe armé rebelle Jaïch al-Islam, comme négociateur en chef.

Assaad al-Zoabi, un pilote qui avait déserté avec son avion en août 2012, présidera la délégation, et George Sabra, chef du Conseil national syrien, sera son vice-président, selon l'annonce faite mercredi à Ryad.

Selon le quotidien al-Watan, proche du pouvoir, le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov a proposé, lors d'une rencontre mercredi à Zurich (Suisse) avec son homologue américain John Kerry, que la délégation de l'opposition soit constituée pour moitié de membres désignés par la coalition de l'opposition et pour l'autre de représentants désignés par Moscou.

Sa constitution devrait se faire sous les auspices du médiateur de l'ONU, Staffan de Mistura, qui se rend dimanche à Ryad, ajoute le journal.

Le quotidien affirme que John Kerry transmettra cette semaine la proposition russe aux autorités saoudiennes. "Si elles refusent, Moscou imposera deux délégations, mais n'acceptera à aucun prix une délégation composée uniquement des membres désignés par Ryad", souligne al-Watan.

Selon une source proche des négociateurs, les discussions a Zurich ont été vives, M. Lavrov affirmant que plusieurs membres de la délégation annoncée à Ryad sont proches des jihadistes du Front Al-Nosra et du groupe Etat islamique (EI).

"Nous n'avons pas abandonné nos positions par rapport aux terroristes de Jaïch al-Islam et Ahrar al-Cham", aurait souligné le chef de la diplomatie russe.

"Je ne vois pas comment je pourrais m'asseoir dans la même délégation aux côtés de trois criminels de guerre et demander l'instauration d'une justice transitionnelle pour des criminels de guerre du régime. Cela est impossible", a affirmé à l'AFP Haytham Manna, un opposant violemment opposé à la délégation mise en place par l'Arabie saoudite.

La nomination de Mohamed Allouche a été critiquée aussi par les opposants de l'intérieur.

"Ce n'est pas acceptable que le négociateur en chef et le chef de la délégation soient affiliés à l'opposition armée", dénonce le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), qui regroupe les opposants de l'intérieur.

Mais M. Hijab a souligné mercredi que la délégation annoncée à Ryad était la seule à pouvoir représenter l'opposition aux négociations. "Nous n'irons pas aux négociations si l'on ajoute une tierce partie ou une autre personnalité", a-t-il averti.

Selon Haytham Manaa, si un accord est trouvé, les invitations seront envoyées au début de la semaine prochaine et les négociations auraient lieu avant la fin du mois.

En tout cas, les délégations seront chacune installée dans une pièce au siège de l'ONU à Genève, et Volker Perthes, directeur de l'Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité, fera la navette entre elles. La première session devrait durer deux semaines.

bur/sah/sk/feb