NOUVELLES
21/01/2016 09:44 EST | Actualisé 21/01/2017 05:12 EST

Crise de l'eau potable : de l'aide et des révélations embarrassantes à Flint, au Michigan

Dion McKinley prépare le modeste souper de sa famille. Au menu en ce mercredi soir, un bouilli aux légumes préparé avec l'eau embouteillée gratuite qu'il est allé chercher au centre de crise. Sa fille de 4 mois le regarde s'activer, bien assise dans son siège pour bébé posé sur la table de cuisine.

Un texte de Philippe Leblanc

« Je conserve l'eau embouteillée pour faire la cuisine et pour la donner à ma fille, soutient-il. Comme on n'en reçoit pas beaucoup, je bois l'eau contaminée du robinet et je m'en sers pour faire mon café. Je n'ai pas d'autre choix. »

Il n'a pas le choix non plus d'utiliser cette eau contaminée au plomb pour se laver. Il affirme qu'il en souffre.

« Regardez cette éruption cutanée, dit-il en montrant son poignet gauche. J'ai toujours la peau sèche et la peau qui me démange. »

Distribution d'eau embouteillée

L'état d'urgence a été décrété à Flint, ville du Michigan de 100 000 habitants. Six casernes de pompier ont été transformées en centre de distribution d'eau potable.

Lors de notre passage à la caserne numéro 6, treize membres de la garde nationale apportaient des caisses d'eau dans les voitures des résidents qui venaient en chercher. Chaque famille a droit à 24 bouteilles par jour et à un filtre à eau pour robinet. Des ensembles d'échantillonnage sont aussi distribués.

À quelques coins de rue de là, des représentants du shérif accompagnent d'autres membres de la garde nationale américaine. Ils vont de maison en maison pour distribuer de l'eau à ceux qui ne peuvent pas se déplacer.

Photo : Radio-Canada

De l'information cachée à la population?

Des nouvelles révélations publiées dans les médias américains démontrent que l'État du Michigan a ignoré les signaux d'alerte concernant la contamination au plomb à Flint, en plus de cacher l'information au public. Dans la foulée, une administratrice de l'Agence de protection environnementale (EPA) a annoncé sa démission.

« Les gens de Flint ne peuvent pas boire des excuses ou des accusations, répond le gouverneur adjoint de l'État, Brian Calley. Ils veulent boire de l'eau potable et nous devons nous concentrer là-dessus, pas sur le passé. »

Une réponse qui déçoit dans la ville déjà durement éprouvée par la pauvreté et les fermetures d'usines du domaine de l'automobile.

« Oui, je suis fâché de voir tout ça, dit calmement Dion McKinney en préparant le souper, mais je ne peux pas y faire grand-chose. »

La nouvelle administration municipale de Flint élue l'automne dernier a été la première à déclarer l'état d'urgence. La mairesse Karen Weaver a d'ailleurs rencontré le président américain Barack Obama plus tôt cette semaine pour obtenir son aide. Il est passé de la parole aux actes en annonçant 80 millions de dollars d'aide, qui sera versée à l'État du Michigan.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Une boisson santé pour chaque situation Voyez les images