NOUVELLES
20/01/2016 22:10 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Après la polémique, le CIO salue le nouveau stade de Tokyo-2020

Le Comité international olympique a salué jeudi le nouveau plan de stade pour les jeux Olympiques de Tokyo en 2020, sélectionné après l'annulation du premier projet d'une architecte irako-britannique en raison de son coût.

"Le stade national va de l'avant (...) la conception en est très impressionnante", a déclaré John Coates, vice-président du CIO à l'occasion d'une réunion consacrée au projet à Tokyo.

Après avoir éconduit l'architecte Zaha Hadid, dont le dessin avait été accepté initialement, le gouvernement japonais avait le mois dernier choisi un plan moins onéreux pour ce qui doit être le site principal des JO.

Le coût du projet de Mme Hadid, évalué à 252 milliards de yens, soit près de 2 milliards d'euros, ce qui en aurait fait le stade le plus onéreux du monde, avait fait scandale.

La construction du nouveau stade, pensé par l'architecte japonais Kengo Kuma, devrait être achevée en novembre 2019 avant la date limite de janvier 2020 fixée par le Comité international olympique. La cérémonie d'ouverture à Tokyo a été fixée au 24 juillet de la même année.

"Nous sommes très contents de voir que la date de fin des travaux a été avancée de janvier 2020 à novembre 2019", a commenté M. Coates.

Il s'agira d'"un stade d'arbres et de verdure" bâti autour d'une ossature en acier et bois, a expliqué M. Kuma. D'une hauteur de 49,2 mètres, il serait moins élevé que le projet d'origine (70 m), accusé de risquer d'enlaidir la vue à un endroit où se trouve un grand sanctuaire situé dans une véritable forêt en pleine ville.

Mme Hadid avait immédiatement fustigé le nouveau projet de M. Kuma, y voyant des "similarités flagrantes" avec le sien. L'intéressé avait rejeté les accusations de ressemblance entre les deux conceptions, affirmant que la sienne était "complètement différente".

oh-uh/kap/jcp