NOUVELLES
20/01/2016 05:51 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Wall Street ouvre en forte baisse, suivant la déprime mondiale

Wall Street a ouvert en forte baisse mercredi, dans le sillage d'un nouveau déclin général des grandes Bourses face aux inquiétudes persistantes sur l'économie mondiale: le Dow Jones perdait 1,79% et le Nasdaq 1,68%.

Vers 14H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 286,81 points à 15.729,21 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 75,05 points à 4.401,90 points.

Très suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 reculait de 31,95 points, soit 1,70%, à 1.849,38 points.

Mardi, la Bourse de New York avait fini sans tendance une séance incertaine, les craintes au sujet du marché pétrolier et de la Chine continuant à entraver les velléités de rebond après un mauvais début d'année: le Dow Jones avait pris 0,17% à 16.016,02 points, mais le Nasdaq avait perdu 0,26% à 4.476,95 points.

Désormais, Wall Street s'oriente fortement dans le rouge "à la suite des marchés mondiaux, dont le sentiment général continue à être affecté par les inquiétudes sur la croissance mondiale, exacerbées par (...) la baisse persistante des cours du pétrole", ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Les cours du pétrole ont ouvert en baisse mercredi à New York, continuant à évoluer autour de leurs plus bas niveaux depuis septembre 2003, sous la pression conjuguée de la confirmation des excédents mondiaux et de la défiance généralisée des investisseurs du monde pour les actifs jugés risqués.

Ce déclin ne fait qu'appartenir "au même désordre qui règne depuis le début de l'année (...) sur les Bourses mondiales", a jugé Patrick O'Hare, de Briefing. "La baisse des prix du pétrole, les inquiétudes sur la croissance (...) les inquiétudes sur les bénéfices, les inquiétudes sur les politiques publiques... Tout cela est à l'oeuvre aujourd'hui".

Parmi les actualités défavorables, il citait à l'international des inquiétudes renouvelées sur la Chine ainsi que des rumeurs selon lesquelles la Banque du Japon comptait abaisser ses prévisions sur l'inflation, et, aux Etats-Unis, des chiffres décevants sur les prix à la consommation et l'immobilier, dans les deux cas pour décembre.

"Le vrai problème, qui est lié à tout cela et à d'autres choses, c'est que les résultats d'entreprises sont moroses et que leurs prévisions chutent", a-t-il néanmoins conclu.

Le marché obligataire montait fortement: le rendement des bons du Trésor à dix ans baissant à 1,981% contre 2,057% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,745% contre 2,827% auparavant.

jdy/jld/bdx