NOUVELLES
20/01/2016 09:20 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

USA: Rezaian veut se reposer mais compte bien continuer à écrire sur l'Iran

Jason Rezaian, le journaliste irano-américain du Washington Post libéré samedi des geôles iraniennes après 18 mois de détention, a affirmé vouloir continuer à écrire sur l'Iran, mais non sans s'être d'abord reposé de son épreuve.

"Je veux que tout le monde sache que je me sens bien et que j'ai de la chance d'être là, dans un endroit où je peux recevoir d'excellents soins", a dit le reporter, devant l'hôpital militaire américain de Landstuhl, en Allemagne.

M. Rezaian, qui est apparu avec des proches très brièvement devant la presse, a aussi remercié les diplomates suisses qui ont permis d'organiser sa libération et son transfert.

"J'ai passé beaucoup de temps dans ma vie à écrire sur les relations entre les Etats-Unis et l'Iran, et je n'ai jamais pensé, et jamais voulu, devenir une partie de cette histoire, en particulier à un point aussi extraordinaire", a-t-il écrit dans un communiqué.

M. Rezaian avait été arrêté en juillet 2014 à son domicile de Téhéran où il travaillait comme correspondant du quotidien américain depuis deux ans. Il a été condamné le 11 octobre 2015 à une peine de prison dont la durée n'a jamais été annoncée.

Il avait été condamné pour "espionnage" et "collaboration avec des gouvernements hostiles", des faits pour lesquels il encourait jusqu'à 20 ans de prison.

Ces accusations ont toujours démenties avec véhémence, tant par le journaliste que par le Washington Post.

Un autre des quatre prisonniers américains libérés lors de l'échange samedi avec Téhéran contre sept prisonniers iraniens aux Etats-Unis, a également publié un communiqué de remerciement.

Amir Hekmati, a dit "seulement réaliser (l'ampleur de) la mobilisation de gens ordinaires dans le monde entier depuis quatre ans et demi".

"Je voulais vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour que je ne sois pas oublié et pour la gentillesse et le soutien dont vous avez fait preuve envers ma famille pendant ce qui reste la période la plus sombre de notre vie", a souligné l'ancien Marine

dc/vog/bdx