NOUVELLES
20/01/2016 06:27 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Somalie: raids aériens de l'armée kényane qui a repris le contrôle de sa base attaquée

Les forces spéciales kényanes ont repris le contrôle de la base militaire kényane dont s'étaient emparés le 15 janvier les islamistes shebab dans le sud de la Somalie et l'aviation kényane a mené des raids alentour, a indiqué mercredi un responsable des forces somaliennes.

"L'aviation kényane a mené deux frappes autour d'El-Adde jusqu'ici et leurs forces terrestres ont le contrôle total du camp militaire que les shebab avaient submergé il y a quelques jours", a expliqué Abduwahid Ahmed, un responsable local des forces de sécurité dans la région de Gedo, dans le sud somalien, frontalière du Kenya et de l'Ethiopie.

Selon plusieurs sources sur place, les forces kényanes ont repris mardi soir le camp qui abritait environ 180 soldats kényans et a été totalement détruit et pillé.

Le chef d'état-major des Forces de défense du Kenya (KDF), le général Samson Mwathethe, avait indiqué à la presse que "l'opération de recherche, sauvetage et récupération" des morts et des blessés lancée après l'attaque du camp était délicate, des soldats kényans étant utilisés comme "boucliers humains", reconnaissant implicitement que certains étaient tombés aux mains des shebab.

La presse kényane avait également fait état de mines posées par les shebab autour du camp.

Aucun bilan des pertes dans les rangs des forces kényanes ou somaliennes qu'elles épaulent dans le cadre de la Force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) n'a été communiqué. Jusqu'ici, seuls quatre corps et une trentaine de survivants ont été rapatriés à Nairobi.

Les shebab affirment avoir tué plus de 100 soldats kényans et ont diffusé mercredi des photos de plusieurs dizaines de cadavres vêtus d'uniformes kényans dans la base détruite, de soldats kényans prisonniers et de véhicules aux couleurs de l'UA, détruits ou dont ils se sont emparés.

Des chefs traditionnels ont affirmé que six civils avaient péri dans les raids aériens kényans.

"Six villageois dont une femme ont été tués, les avions militaires ont visé des villages", a déclaré à l'AFP Abdulahi Osman, chef traditionnel d'un village proche des zones bombardées.

Selon un autre chef traditionnel, Mohamed Moalim Warsame, "un des missiles a explosé près d'un puit où les gens s'approvisionnaient en eau et où les animaux se rassemblaient pour boire, six personnes sont mortes et huit ont été blessées".

Selon lui, une vingtaine de chèvres et des chameaux appartentant aux villageois ont également été tués.

Les raids kényans "visaient des shebab, mais nous ne savons pas s'il y a des victimes civiles", a répondu Abduwahid Ahmed, le responsable local des forces de sécurité, interrogé par l'AFP.

str-ayv/fra