NOUVELLES
19/01/2016 20:10 EST | Actualisé 19/01/2017 00:12 EST

Pékin doit jouer un rôle moteur dans les sanctions contre Pyongyang (diplomate américain)

Un haut diplomate américain a exhorté mardi la Chine à jouer un rôle moteur dans les efforts internationaux pour durcir les sanctions contre Pyongyang après son quatrième essai nucléaire.

En visite à Séoul, le secrétaire d'Etat adjoint américain, Tony Blinken, a qualifié la Corée du Nord de plus grande source d'instabilité en Asie, et en a appelé à la responsabilité de la Chine du fait de sa "relation particulière" avec Pyongyang.

M. Blinken doit s'entretenir jeudi avec des diplomates chinois à Pékin avant la visite la semaine prochaine du secrétaire d'Etat américain John Kerry.

"Nous attendons que la Chine fasse preuve de leadership sur la question", a déclaré M. Blinken après un entretien avec le chef de la diplomatie sud-coréenne Yun Byung-Se.

La Corée du Nord a claironné le 6 janvier qu'elle avait testé avec succès une bombe à hydrogène, une annonce que les experts internationaux ont accueillie avec le plus grand scepticisme, en faisant valoir que la puissance de l'explosion détectée ne correspondait pas à celle d'une bombe H.

Cette explosion n'en a pas moins constitué le quatrième essai nucléaire du régime le plus isolé au monde et une nouvelle violation des résolutions de l'ONU.

La Chine est le principal allié de la Corée du Nord, celui qui maintient le pays sous perfusion économique. Mais les liens entre Pyongyang et Pékin se sont distendus du fait de l'impatience grandissante de la Chine face aux provocations nord-coréennes, en matière de nucléaire notamment.

Dans le même temps, l'influence de la Chine est bridée selon les experts par sa hantise d'un effondrement nord-coréen total, qui accoucherait d'une Corée réunifiée alignée sur les positions américaines.

"Tous les pays de la région aspirent à la stabilité. La Corée du Nord est la plus grande source d'instabilité en Asie", a déclaré le diplomate américain. "Ensemble, collectivement, nous devons y remédier."

M. Yun a défendu le même message en résumant la donne de façon très simple: C'est "la Corée du Nord contre la communauté internationale".

D'intenses consultations diplomatiques sont en cours et ce alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a promis d'alourdir la panoplie de sanctions pesant déjà sur la Corée du Nord à la suite de ses précédents essais (2006, 2009 et 2013).

sh/gh/jac/tll