NOUVELLES
20/01/2016 06:54 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Les énergies propres: une solution de demain pour le Golfe (experts)

Les énergies propres s'imposent comme une solution de demain pour les pays arabes du Golfe même si leur développement pourrait être affecté par la chute des cours du pétrole, ont estimé mercredi des experts réunis à Abou Dhabi.

"La justification économique et sociale pour la transition énergétique dans la région du CCG (Conseil de coopération du Golfe) n'a jamais été aussi forte", a déclaré Adnan Amin, le directeur de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena).

"En maintenant leur leadership dans le secteur de l'énergie (...) les pays du CCG peuvent assurer leur propre prospérité économique et sociale à long terme par le biais d'un avenir énergétique propre", a-t-il ajouté.

Les experts, réunis pour le sommet mondial sur l'énergie de l'avenir, estiment que la transition vers les énergies renouvelables dans les pays du GCC permettrait la création de quelques 140.000 emplois directs par an et d'économiser 400 millions barils de pétrole (dans le secteur de l'électricité), soit un gain d'entre 55 et 87 milliards de dollars d'ici 2030.

Le solaire pourrait devenir le plus grand employeur, en créant à lui seul quelques 100.000 emplois.

Mais la baisse des prix du pétrole pourrait freiner cette révolution industrielle.

"Si les prix du baril continuent à chuter, cela va affecter la compétitivité des panneaux solaires", a déclaré Amer al-Swaha, conseiller chez Apricum.

Les spécialistes restent cependant optimistes. Le coût des renouvelables continue de baisser et "tant que le baril se situe au dessus 20 dollars environ, elles sont compétitives dans la région", a affirmé Rabia Ferroukhi, de l'Irena.

Elle a estimé que tant que le prix des énergies fossiles (gaz, charbon pétrole) n'atteignent pas 10 dollars équivalent baril, les renouvelables étaient toujours compétitives. "Nous avons encore de la marge", a-t-elle conclu.

str/mh/feb