NOUVELLES
20/01/2016 03:59 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Le projet grec pour les retraites: ambitieux, mais peut mieux faire (Moscovici)

Le dernier plan présenté par le gouvernement grec pour réformer son système de retraites est ambitieux mais doit encore être affiné, a déclaré mercredi à l'AFP le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici.

La proposition grecque "a une ambition qui va dans le bon sens et qui est clairement plus grande que ce qui a pu être fait dans le passé. Pour autant, nous estimons qu'il reste encore des discussions sérieuses à mener pour fixer les bons paramètres", a-t-il déclaré en marge du forum de Davos.

Réduire le poids des dépenses de retraites est un élément clé du plan d'aide de 86 milliards d'euros décidé en juillet avec les pays de la zone euro après six mois de négociations acrimonieuses.

La Grèce est le pays européen qui dépense proportionnellement le plus pour les retraites, donc la perspective d'une baisse de ces dépenses suscite beaucoup d'attente.

M. Moscovici doit s'entretenir à Davos avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui se retrouvera jeudi sur la même tribune que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schauble à l'occasion d'un débat sur l'Europe auquel participera aussi le Premier ministre français Manuel Valls.

Les prises de paroles communes de ces deux hommes sont plutôt rares, depuis que l'Allemagne a pubiquement envisagé d'exclure la Grèce de la zone euro au plus fort des tensions entre Athènes et ses partenaires lors des discussions sur le plan d'aide.

Ce projet de réformes des retraites suscite une certaine hostilité dans la population grecque.

Les ferries reliant la Grèce continentale et les îles sont restés au port mercredi tandis que les agriculteurs menaçaient de bloquer les routes au premier jour d'une grève de 48 heures, premiers mouvements sociaux avant une grève générale appelée par les syndicats pour le 4 février.

Le gouvernement de gauche est aussi confronté l'opposition des professions libérales, auto-entrepreneurs.

Il veut faire passer la réforme début février au parlement où il ne dispose que d'une majorité de 153 voix sur 300. Elle prévoit de mettre tous les Grecs sur le même plan, avec un total de cotisations porté à 20% des revenus, et un rabotage des pensions les plus hautes.

arp/fz/jh