NOUVELLES
20/01/2016 07:19 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Le président Xi et le roi Salmane inaugurent une raffinerie saoudo-chinoise

Le président chinois Xi Jinping et le roi Salmane d'Arabie saoudite ont inauguré mercredi une raffinerie construite en partenariat entre leurs deux pays.

La cérémonie s'est déroulée à Ryad au second jour de la visite d'Etat du président Xi en Arabie saoudite.

Il est ensuite arrivé en fin de journée au Caire où il a été accueilli par son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, selon des sources aéroportuaires et des médias. M. Xi terminera à Téhéran sa tournée au Moyen-Orient, où Pékin cherche à jouer un rôle plus actif.

En Arabie saoudite, les deux dirigeants ont inauguré la raffinerie Yasref, située dans le complexe industriel de Yanbu sur la mer Rouge, qui est détenue à hauteur de 62,5% par la firme saoudienne Aramco, le reste étant contrôlé par la China Petroleum and Chemical Corp (Sinopec).

L'Arabie saoudite est le plus gros fournisseur de pétrole de la Chine, et Aramco a souligné à l'occasion que le développement des branches raffinage et pétrochimie allait dans le sens de la diversification souhaité de l'économie saoudienne.

Yasref est l'une de cinq raffineries construites en partenariat avec la Chine. Les quatre autres ont été implantées hors de l'Arabie saoudite, dont l'une à Fujian, en Chine.

Le roi Salmane avait déclaré en décembre avoir ordonné de diversifier l'économie saoudienne et réduire la dépendance vis-à-vis du pétrole alors que le prix du baril de brut n'a cessé de dégringoler passant de plus de 100 dollars début 2014 à 28 actuellement.

Pour combler une partie de son énorme déficit budgétaire, l'Arabie saoudite a diminué des subventions et réduit ses dépenses publiques. L'introduction de la TVA est évoquée ainsi que la privatisation d'une partie d'Aramco.

Les échanges entre l'Arabie saoudite et la Chine, la deuxième économie mondiale, sont en augmentation. Le volume de leurs échanges a atteint 69,1 milliards de dollars en 2014, selon l'agence chinoise Xinhua.

La visite du président Xi fait suite à des appels de la Chine au calme et à la retenue dans le différend entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

Ryad et Téhéran sont à couteaux tirés depuis l'exécution le 2 janvier en Arabie du dignitaire chiite saoudien Nimr al-Nimr, figure de la contestation du régime saoudien condamné pour "terrorisme".

L'exécution a donné lieu à des attaques contre des représentations diplomatiques saoudiennes en Iran, qui ont entraîné la rupture des relations diplomatiques de Ryad avec Téhéran.

La visite de M. Xi en Egypte est dominée par les dossiers économiques alors que près de 1.200 entreprises chinoises opèrent dans le pays arabe le plus peuplé, où elles ont investi environ 500 millions de dollars, selon l'agence officielle Mena. Le président chinois se rendra notamment au Parlement et au siège de la Ligue arabe, basée au Caire, avant une visite au célèbre temple de Louxor.

it-ht-jds/mh/jri