NOUVELLES
20/01/2016 10:53 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Des "centaines" de formateurs occidentaux nécessaires pour reprendre Mossoul (responsable américain)

L'armée irakienne a besoin de "centaines" de formateurs militaires occidentaux avant le lancement de l'assaut pour reprendre la ville de Mossoul aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI), a estimé mercredi le porte-parole de la coalition internationale.

"Nous savons que nous allons avoir besoin que davantage de brigades soient formées, nous allons avoir besoin que davantage de troupes soient formées à davantage de spécialités", a indiqué le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition anti-EI, qui bombarde le groupe jihadiste en Irak et en Syrie depuis la fin de l'été 2014.

"C'est vraiment la prochaine étape pour créer la puissance de combat nécessaire pour libérer Mossoul", capturée par les jihadistes en juin 2014, a indiqué le colonel basé à Bagdad, par vidéo conférence avec des journalistes au Pentagone à Washington.

Selon lui, il faudrait "certainement des centaines" de formateurs supplémentaires.

"Il y aura des éléments américains", a-t-il relevé. "En plus, nous voulons voir nos pays partenaires, les autres membres de cette coalition contribuer également".

"Le ministre de la Défense (Ashton Carter) a dit qu'il n'y avait pas d'exception en la matière. Nous attendons que chacun monte d'un cran et contribue du mieux qu'il peut", a poursuivi Steve Warren.

Depuis les récents succès contre l'EI, y compris la reprise de la ville irakienne de Ramadi par des forces locales soutenues par les Américains, le Pentagone pousse désormais au lancement d'un assaut sur Mossoul.

Les Etats-Unis ont déployé environ 3.500 soldats en Irak, avec pour mission de former et de conseiller les troupes locales.

M. Carter lui-même a appelé mardi la coalition à mobiliser davantage de formateurs en Irak.

En ce qui concerne Ramadi, tombée aux mains de l'EI en mai 2015 et reprise fin décembre, le colonel Warren a précisé que l'armée poursuivait encore le nettoyage d'une ville où ont été disséminés des "milliers" de mines et d'engins explosifs sur les routes et dans les maisons.

"C'est un processus très compliqué de nettoyage qui est en cours", a-t-il relevé.

wat/elm/vog