NOUVELLES
20/01/2016 11:49 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Des centaines de familles syriennes regagnent leur domicile près de Damas

BEYROUTH — Des centaines de familles déplacées par les combats dans un quartier en bordure de la capitale syrienne ont regagné leur domicile, mercredi, dans le cadre d'une trêve entre le gouvernement syrien et des rebelles locaux conclue l'an dernier.

Leur retour dans le quartier de Qadam constitue la concrétisation la plus récente d'une série d'ententes sur le terrain visant à mettre fin aux combats et à atténuer les souffrances dans le pays en guerre.

L'agence de nouvelles gouvernementale SANA a indiqué que 25 autobus avaient transporté les gens déplacés dans des secteurs environnants après les derniers arrangements réalisés pour leur retour à la maison dans une localité transformée en ville fantôme par les combats en 2013-2014.

Le secteur de Qadam avait été largement détruit par les combats intenses ayant pris fin avec un cessez-le-feu en août 2014, après des mois de négociations.

Le gouvernement a conclu plusieurs ententes similaires avec des opposants dans d'autres quartiers et banlieues de Damas, généralement après des sièges de quelques mois visant leur capitulation, a affirmé un militant de l'opposition.

Les autorités syriennes ont présenté ces trêves comme faisant partie du programme de «réconciliation nationale» du gouvernement pour mettre fin au conflit, qui a tué plus de 250 000 personnes depuis mars 2011.

L'Observatoire syrien des droits de la personne a affirmé qu'environ 4000 résidants étaient retournés à Qadam et dans les environs en périphérie sud de Damas, mercredi.

Par ailleurs, des responsables palestiniens ont annoncé que des combattants blessés du groupe État islamique (ÉI) et des activistes liés à Al-Qaïda avaient commencé à sortir d'un camp de réfugiés palestiniens et des environs à Damas au cours des derniers jours, dans le cadre d'une autre entente qui pourrait signifier le départ du secteur de plus de 3000 combattants de l'ÉI.

L'évacuation du camp de Yarmouk et de Hajar Aswad fait partie d'une entente soutenue par les Nations unies et conclue entre le gouvernement syrien et des factions armées. Elle prévoit le déplacement de la plupart des combattants de l'ÉI et de leur famille vers la capitale de facto du groupe extrémiste, Racca, dans le nord de la Syrie, selon les responsables palestiniens.