NOUVELLES
20/01/2016 07:32 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

De "fumeur de joints" à combattant d'EI, un converti allemand devant la justice

Le procès d'un jeune converti allemand, qui s'est décrit comme "fumeur de joints" avant de devenir combattant du groupe Etat islamique en Syrie entre 2013 et 2014, s'est ouvert mercredi à Düsseldorf (nord-ouest) sous haute surveillance, a constaté un journaliste de l'AFP.

Nils D., 25 ans, né à Dinslaken-Lohberg, dans le nord de la Ruhr (nord-ouest), s'est converti à l'islam à l'été 2011 après une vie de petit délinquant et de "fumeur de joints", a-t-il raconté à la barre du tribunal.

Dès sa conversion, il a "glissé directement dans la radicalité", a expliqué le prévenu, l'un des rares anciens combattants du groupe EI à s'exprimer devant la justice allemande, après son retour au pays.

En 2013, selon l'accusation, il a rejoint une organisation jihadiste baptisée "Brigade Lohberger" et est parti en octobre de la même année rejoindre EI en Syrie.

Là-bas, il a notamment fait partie de "troupes d'assaut" de la milice islamiste, plus spécifiquement chargées de faire la chasse aux déserteurs.

Formé au maniement des armes et des explosifs, il aurait été engagé dans 10 à 15 opérations de ce type.

Le groupe EI menaçait les combattants qui faisaient défection d'être "torturés jusqu'à la mort", a raconté le prévenu qui s'est par la suite détourné de l'organisation et est retourné en Allemagne, où il a été arrêté en 2015.

Nils D. a déjà été témoin dans deux autres procès de jihadistes en Allemagne, selon le magazine Spiegel.

Le tribunal de Düsseldorf devrait rendre en mars son jugement dans ce dossier.

Selon le renseignement intérieur allemand, au total quelque 740 personnes ont quitté l'Allemagne pour rejoindre des groupe jihadistes comme l'Etat islamique (EI) en Syrie ou en Irak. Un tiers sont rentrés et environ 120 d'entre eux auraient été tués.

rh-elr/alf/pjl