NOUVELLES
20/01/2016 10:09 EST | Actualisé 20/01/2017 00:12 EST

Congo : libération de six opposants au changement de constitution emprisonnés en octobre

Six Congolais arrêtés début octobre pour avoir organisé une marche non autorisée à Brazzaville contre le changement de constitution ont été libérés à l'issue d'une peine de trois mois d'emprisonnement, a-t-on appris mercredi auprès de leur avocat.

Membre du mouvement contestataire Ras-le-bol, les six opposants au président Denis Sassou Nguesso, âgés de 25 à 40 ans, avaient été arrêtés le 9 octobre alors qu'ils manifestaient contre le projet de nouvelle constitution finalement adopté ce mois-là par voie de référendum.

Jugés pour "organisation de marche non autorisée" et "troubles à l'ordre public", ils ont "purgé une peine de trois mois d'emprisonnement" et "leur libération est intervenue hier (mardi, NDLR) dans la nuit", a déclaré à l'AFP Me Hervé Ambroise Malonga.

"Chacun d'eux a payé une amende de 150.000 francs CFA (228 euros) avant de quitter la prison", a ajouté Me Malonga.

Selon le correspondant de l'AFP à Brazzaville, une quinzaine de militants de "Ras-le-bol" et de proches avaient attendu en vain mardi leur élargissement dans la journée devant la maison d'arrêt de la capitale congolaise.

"Ras-le-bol" se présente comme "un mouvement citoyen pacifique et non-violent qui milite pour le progrès social par l'éveil de la conscience citoyenne des jeunes" à l'image d'autre mouvements non partisans ayant fleuri dans plusieurs pays d'Afrique ces dernières années.

La nouvelle constitution congolaise a été adoptée par référendum le 25 octobre à l'issue d'une campagne référendaire marquée par des violences meurtrières et l'interdiction des rassemblements publics.

L'opposition, qui avait appelé au boycottage du scrutin, a qualifié le résultat de "farce".

Entrée en vigueur en novembre, la nouvelle loi fondamentale autorise M. Sassou Nguesso à briguer un nouveau mandat lors de la présidentielle du 20 mars, à laquelle le chef de l'État n'a à ce jour pas annoncé sa candidature.

Né en 1943, M. Sassou Nguesso cumule plus de 32 ans à la tête du Congo, petit pays d'Afrique centrale dont l'exploitation pétrolière est la principale source de revenus.

str/mj/de