NOUVELLES
19/01/2016 19:54 EST | Actualisé 19/01/2017 00:12 EST

Bourse de Tokyo: le Nikkei chute de plus de 3% en séance

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo lâchait plus de 3% mercredi après-midi, une fois encore plombé par le déclin des cours du pétrole et les risques de "déraillement" de l'économie mondiale pointés par le Fonds monétaire international.

L'indice phare des 225 valeurs vedettes, qui avait démarré en baisse de 0,11%, a accentué son recul au fil des heures, abandonnant jusqu'à 3,19% (-544,57 points) à 16.503,80 points en début d'après-midi. Il a déjà subi 9 séances négatives sur les 11 ayant eu lieu depuis le début de l'année.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau dévissait pour sa part de près de 3% à 1.348,70 points.

Cette nouvelle dégringolade allait de pair avec une remontée du yen, un mouvement défavorable aux actions des groupes exportateurs nippons. Le dollar tombait ainsi sous la barre des 117 yens, à 116,91 yens, contre 117,75 yens la veille à la fermeture, et l'euro se repliait à 128,08 yens.

Les autres places asiatiques trébuchaient aussi, notamment la Bourse de Hong Kong qui plongeait de plus de 3% en fin de matinée.

Le FMI a abaissé mardi sa prévision de croissance mondiale pour 2016 et mis en garde contre un possible "déraillement" sur fond de ralentissement chinois, de récession brésilienne et de chute des prix du pétrole.

Le baril de brut américain est tombé à un nouveau plus bas de 12 ans, sous la barre des 28 dollars, mercredi dans les échanges électroniques en Asie, affecté par les projections pessimistes de l'Agence internationale de l'énergie sur la surabondance d'or noir du fait de la hausse de production de l'Iran.

"Aux racines de la débâcle de ce début d'année, se situe le déséquilibre entre l'offre de pétrole et la demande, et tant que les prix ne se stabiliseront pas, les marchés boursiers seront à la peine", a commenté pour l'agence Bloomberg Chihiro Ohta, chez SMBC Nikko Securities.

L'ensemble des valeurs vedettes évoluaient dans le rouge, à l'image de l'électronicien Sony (-7,35% à 2.470,5 yens), du géant automobile Toyota (-2,73% à 6.618 yens) ou de l'opérateur de télécommunications SoftBank, poids lourd de la cote (-5,15% à 4.786 yens).

Les titres pétroliers poursuivaient de même leur descente: Inpex décrochait ainsi de 4,94% à 947,8 yens et JX Holdings de 4,47% à 414,6 yens.

Le Nikkei a désormais chuté de plus de 20% depuis son pic de l'année 2015 à près de 21.000 points, un sommet inédit depuis décembre 1996.

anb/kap/jr

SONY

TOYOTA MOTOR

INPEX

JX HOLDINGS

SOFTBANK