NOUVELLES
18/01/2016 06:03 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Sept réflexions (et statistiques) sur la descente aux enfers du Canadien

BILLET - Le Canadien a entrepris le 1er décembre dernier l'une des pires séquences de son histoire. Ce passage à vide dure maintenant depuis 21 matchs, soit l'équivalent d'un quart du calendrier. Voici quelques statistiques couvrant cette période bien étrange. Certains de ces chiffres contredisent d'ailleurs bien des perceptions des amateurs.

Un texte de Martin Leclerc

La fiche du CH au cours des 21 derniers matchs : 5 victoires et 16 défaites, dont une en prolongation. Les hommes de Michel Therrien ont donc récolté seulement 11 points sur une possibilité de 42 (26,1%) au cours de cette période.

Les statistiques avancées : Les adeptes des statistiques avancées accordent beaucoup d'importance à l'indice CORSI, qui sert en quelque sorte à comptabiliser le temps de possession de rondelle des équipes durant les matchs. L'indice CORSI compare le nombre de tirs tentés par une équipe par rapport à ses adversaires.

Or, le CH est cinquième dans la LNH à ce chapitre. Et au cours des 21 derniers matchs, le CH a dominé ses rivaux 16 fois (souvent de façon très nette) en ce qui a trait à la possession du disque. La fiche des hommes de Michel Therrien dans ces 16 rencontres : 4-11-1.

L'effet Gallagher : Depuis son retour au jeu le 1er janvier dernier, Brendan Gallagher obtient en moyenne près de trois chances de marquer (2,86) par match. Le teigneux petit ailier droit est de très loin le meilleur chez le Canadien à ce chapitre. Il obtient une chance de marquer de plus par rencontre que le meilleur buteur de l'équipe, Max Pacioretty (1,86). Avec la contribution de Tomas Plekanec (1,14 chance/match), la première unité obtient désormais près de six chances de marquer par rencontre. 

Résultat : le premier trio marque un but par match en moyenne depuis le retour de Gallagher, contrairement à 0,36 but par match lorsqu'il était blessé.

Les gardiens en l'absence de Price : La très large majorité des observateurs et des partisans croient que l'absence de Carey Price n'a pas été un facteur déterminant dans les déboires de l'équipe depuis un mois et demi. « Le problème, c'est que l'attaque ne marque pas de buts! », répète-t-on un peu partout.

Voici les faits : quand son gardien maintient une moyenne d'efficacité inférieure à ,900 durant un match, une équipe de la LNH n'a que 7 % de chances de l'emporter. Or, dans 11 des 21 derniers matchs, les gardiens du CH ont présenté une moyenne inférieure à ,900. La fiche de l'équipe dans ces 11 matchs? 0-11 (dont une défaite en prolongation).

Dans les 10 matchs où ses gardiens ont présenté une moyenne d'efficacité de ,900 ou plus, le Tricolore a joué pour ,500 (5 victoires et 5 revers).

Daniel Carr dans les mineures? L'état-major du CH a pris une décision fort étonnante vendredi dernier en annonçant le renvoi de l'attaquant Daniel Carr dans les mineures, surtout dans une période où les buts viennent aussi difficilement.

Depuis son rappel au début de décembre, Carr avait obtenu en moyenne 1,18 chance de marquer par rencontre, ce qui le plaçait au quatrième rang dans l'équipe au moment de son renvoi chez les IceCaps de St-Jean.

Carr a inscrit 5 buts en 17 matchs avec le CH, ce qui faisait de lui le troisième buteur de la formation (depuis le 1er décembre) derrière Max Pacioretty (7 buts) et Paul Byron (6 buts). Ces deux derniers ont toutefois disputé quatre matchs de plus que Carr durant cette période.

Les blessés qui reviennent au jeu, la nécessité de préserver les actifs de l'organisation et les paramètres de la convention collective forcent parfois les DG de la LNH à poser des gestes contre-nature.

Le mystère Galchenyuk : Les amateurs de lignes ouvertes se scandalisent de l'utilisation d'Alex Galchenyuk (15 min 1 s/ match, dont 2 min 30 sec en avantage numérique) tandis que Tomas Plekanec (18 min 43sc/match, dont 2 min 44 s en avantage numérique) est fantomatique et ne génère à peu près rien en attaque.

Il est vrai que Plekanec en arrache très sérieusement. Depuis le 1er décembre, il n'a obtenu en moyenne que 1,14 chance de marquer par rencontre et n'a inscrit que deux filets, ce qui est carrément inacceptable. Par contre, avant le match de dimanche contre les Blackhawks, Galchenyuk présentait exactement la même moyenne que Plekanec!

Durant cette période noire du CH, Plekanec a inscrit seulement deux buts (et huit passes) tandis que Galchenyuk n'a secoué les cordages que trois fois (en plus d'ajouter six passes).

Une question : si le rendement de Plekanec est nettement insatisfaisant, en quoi celui de Galchenyuk annonce-t-il qu'il soit prêt à transporter l'équipe sur ses épaules?

Êtes-vous bien assis? J'ai gardé le plus invraisemblable pour la fin. Depuis le 1er décembre, P.K. Subban n'a récolté que trois chances de marquer de qualité en 21 matchs. Sa moyenne de 0,14 chance par rencontre le place donc dans la même catégorie qu'Alex Emelin (0,11 par rencontre).

Et encore faut-il savoir que deux des trois chances de Subban sont survenues en fin de semaine (une samedi face aux Blues, et une dimanche face aux Hawks).

Après 46 matchs la saison dernière, Subban avait inscrit 11 filets. Cette saison, il n'en compte que trois. Il semble tirer aussi souvent que par le passé, mais la provenance de ses tirs n'est plus la même.

Le vieux Andrei Markov et Jeff Petry ont pour leur part obtenu 0,33 chance par rencontre durant cette séquence, tandis que Nathan Beaulieu (0,4 chance de marquer par match) s'est avéré l'arrière le plus menaçant du CH.