NOUVELLES
18/01/2016 10:03 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Nos ancêtres chassaient le mammouth dans l'Arctique il y a 45 000 ans

Les humains se sont aventurés aux confins de l'Arctique quelque 10 000 ans plus tôt qu'on le croyait jusqu'à maintenant. C'est ce que révèle la découverte d'une carcasse de mammouth, dans le nord de la Sibérie, dont les os comportent des traces d'outils utilisés pour la chasse ou le dépeçage.

Cette découverte voudrait dire que nos ancêtres étaient présents dans cette région au nord du cercle polaire il y a environ 45 000 ans. Les plus anciennes traces d'occupation humaine dont nous disposions à une latitude aussi nordique remontaient à 35 000 ans.

La découverte est rapportée dans la revue scientifique Science.

Les os des côtes, de la défense droite et des mandibules du mammouth laineux mâle comportent des blessures inhabituelles, probablement causées par des pointes de lance très aiguisées.

La carcasse en question a été trouvée en 2012 dans des sédiments gelés d'une falaise de la baie de l'Ienisseï, en Russie - à une latitude qui correspond à l'extrémité nord de l'île de Baffin, au Canada. La datation au radiocarbone d'un tibia de l'animal et des matériaux qui se trouvaient à proximité permettent de dater ces restes à 45 000 ans.

L'équipe soutient que les marques trouvées sur les os sont sans aucun doute causées par des chasseurs qui ont abattu la grande bête à l'aide d'outils de pierre ou encore d'ivoire. Selon les chercheurs, les marques sont semblables à celles laissées sur d'autres carcasses de mammouth, d'époques plus tardives, qui comportent en plus des fragments d'outils de pierre toujours logés dans les os.

Un gros gibier

Les mammouths représentaient non seulement une source importante d'énergie pour ces humains, mais leurs défenses étaient utilisées pour fabriquer des pointes de lance et des outils dans une région pauvre en matériaux lithiques convenables.

Selon Vladimir Pitulko, archéologue à l'Institut d'histoire de la culture matérielle, à Saint-Pétersbourg, qui a mené les travaux de l'équipe, la façon avec laquelle ces chasseurs s'y sont pris pour tuer ce mammouth dénote une expertise et un niveau d'organisation élevés.

Une blessure trouvée sur la mandibule intéresse particulièrement les chercheurs. Elle aurait été infligée alors que l'animal était déjà blessé, et reposant sur son flanc. « Cette blessure était probablement un tir manqué de projectile qui visait la base de la trompe », écrivent-ils dans leur article.

« Cette technique de chasse est encore pratiquée aujourd'hui en Afrique par les chasseurs d'éléphants, qui visent la base de la trompe pour sectionner des artères et faire saigner l'animal à mort. Ce coup est donné après que l'animal a été suffisamment blessé. Le mammouth [trouvé en Sibérie] présente d'ailleurs plusieurs blessures à la cage thoracique », écrivent-ils

Les scientifiques croient qu'une fois les techniques de chasse perfectionnées, les humains ont été en mesure de suivre ces grands mammifères très au nord.

Toujours selon les chercheurs, l'arrivée des humains dans cette région il y a 45 000 ans aurait été un prélude à la traversée du détroit de Béring et au peuplement de l'Amérique du Nord, qui aurait pu se produire avant même le maximum glaciaire, il y a 22 000 ans.

Toutefois, il n'existe aucune preuve de présence humaine sur le continent nord-américain pour cette période. Les plus anciennes remontent à 11 500 ans, en Alaska.