NOUVELLES
18/01/2016 04:56 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Mobilisation en Irak pour retrouver trois Américains enlevés

Les autorités irakiennes et américaines recherchaient lundi trois Américains qui ont été enlevés dans un appartement à Bagdad, capitale de l'Irak où les kidnappings sont fréquents.

Alors que peu d'informations étaient disponibles sur leur sort dans un pays meurtri par les violences, un porte-parole de la sécurité irakienne a affirmé qu'ils avaient été enlevés dans un "appartement suspect", un terme utilisé pour désigner un lieu de prostitution.

"Les trois personnes ayant la nationalité américaine ont été enlevées dans le quartier de Doura", a-t-il dit en ajoutant que les forces de sécurité avaient lancé des recherches pour les retrouver.

Selon un colonel de la police s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, le traducteur irakien qui travaille pour les trois Américains les a invités à "boire en compagnie de femmes" dans son appartement à Doura. Ensuite, des miliciens ont attaqué l'appartement et les ont kidnappés, a-t-il dit.

Les lieux de prostitution et les magasins d'alcool sont souvent la cible d'attaques des forces paramilitaires chiites formées de miliciens, qui jouent aujourd'hui un rôle majeur dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui contrôle de vastes régions d'Irak.

Dimanche, le département d'Etat à Washington avait annoncé la disparition d'Américains en Irak sans préciser le lieu de leur disparition ou s'il s'agissait de militaires ou de civils contractuels travaillant pour l'immense ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

"Nous travaillons en pleine coopération avec les autorités irakiennes pour localiser et retrouver ces individus", a ajouté le département d'Etat.

- Miliciens en uniforme militaire -

Les rapts ne sont pas rares en Irak où des Qataris et des Turcs ont été kidnappés ces derniers mois. Mais ce sont surtout les Irakiens qui se font enlever pour des rançons ou des règlements de comptes alors qu'aucun Américain n'avait été enlevé depuis plusieurs années.

Des milliers d'Irakiens ont été enlevés par l'EI, alors que les forces paramilitaires chiites, dominées par des milices soutenues par l'Iran, sont elles aussi responsables d'enlèvements et de meurtres.

Les autorités se sont tournées vers les forces paramilitaires, intégrées au sein du Hachd al-Chaabi (Unités de Mobilisation populaire), pour les aider dans leur lutte contre l'EI.

Les Etats-Unis sont à la tête d'une coalition militaire composée de nombreux pays qui bombarde depuis plus d'un an les positions de l'EI en Irak et en Syrie voisine et forme par ailleurs les forces de sécurité irakiennes. Washington a aussi dépêché des forces spéciales en Irak.

Les relations entre les Américains et les forces paramilitaires chiites sont tendues depuis les combats les ayant opposés dans les années ayant suivi l'invasion en 2003 de l'Irak par les Etats-Unis.

L'EI a aussi des raisons de s'en prendre à des Américains, mais le groupe n'est pas très présent à Bagdad même s'il y mène des attaques.

En décembre, 26 chasseurs qataris ont été enlevés dans le sud de l'Irak, une zone où les milices chiites sont très présentes. On ignore depuis où ils se trouvent ainsi que l'identité de leurs ravisseurs.

En septembre, 18 Turcs avaient été enlevés à Bagdad avant d'être relâchés. Leur rapt avait été revendiqué par un groupe armé vraisemblablement chiite se présentant sous le nom de "Furaq al-Mot" (Escadrons de la mort).

Des affrontements avaient opposé les forces de sécurité irakiennes à des combattants de la puissante milice chiite Kataëb Hezbollah pendant les opérations de recherche des Turcs à Bagdad.

Un Américain d'origine irakienne, Issa T. Salomi, avait été porté disparu à Bagdad en janvier 2010 avant d'être relâché par le puissante groupe chiite Asaib Ahl al-Haq, qui est aujourd'hui l'une des forces principales des unités de Mobilisation populaire.

bur-wd/feb/tp/jri