NOUVELLES
18/01/2016 09:15 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Lemieux-De la Rosa à l'Olympia

Après avoir livré un combat de championnat du monde devant une salle comble au Madison Square Garden, David Lemieux revient boxer à Montréal devant 1500 personnes.

Un texte de Jean-François Chabot

Lemieux (34-3, 31 K.-O.), ex-champion IBF, s'y mesurera le 12 mars prochain, à l'Américain James « The King » De la Rosa (23-3, 13 K.-O.). Les trois défaites du Texan de 28 ans sont cependant survenues au cours de ses six derniers combats.

De la Rosa reste est un excellent technicien qui s'est notamment fait un nom en l'emportant par décision unanime devant Alfredo Angulo à Las Vegas en septembre 2014. Il n'a pas boxé depuis sa défaite contre Hugo Centenio en décembre de la même année.

Lemieux et son gérant et promoteur Camille Estefan (Eye of the Tiger Management) affirment avoir décliné une belle offre de HBO pour livrer un autre combat, le même soir au sous l'œil de ses caméras au Barclays Center de Brooklyn.

« Nous avions promis aux fans de David qu'il reviendrait se battre à Montréal. Il a déjà livré deux de ses trois derniers combats à New York. Stratégiquement, ça nous apparaît plus intéressant en considérant l'objectif de David de retourner en championnat du monde », a lancé Estefan.

Le promoteur a aussi laissé entendre que même sans la participation d'un diffuseur comme HBO, plus de 82 pays avaient déjà manifesté un intérêt pour la retransmission du combat en formule de télé à la carte.

Lemieux dit avoir appris de sa dernière correction aux mains de Gennady Golovkin en octobre. Il vise une autre chance de se battre en championnat du monde et il sait qu'il faut parfois reculer pour mieux sauter.

« J'arrive au sommet de mes capacités physiques et j'ai encore pris de la maturité. Je serai prêt à me battre et j'aurai apporté les petits changements pour gagner », a expliqué Lemieux.

« Ce qui compte c'est d'être solide. On remplira ensuite d'autres grandes salles », a ajouté le boxeur Lavallois.

De la Rosa a pour sa part promis qu'il ne viendrait pas à Montréal pour perdre.

Celui qui vient de rompre (professionnellement) avec son père pour travailler avec un nouvel entraîneur est d'avis qu'il l'emportera pour ainsi ajouter « une légende canadienne à son tableau de chasse ».

Sous-carte conditionnelle

La composition du gala auquel les amateurs seront conviés est grandement tributaire des résultats qu'obtiendront les pugilistes pressentis dans des combats qu'ils livreront avant la soirée du 12 mars.

Ainsi, pour que Steven Butler puisse faire les frais de la demi-finale, il devra obtenir une victoire convaincante, le 30 janvier au Centre Bell, contre Antonio Hoffman. Ce duel est inscrit sur la carte de Kovalev-Pascal 2.

Le scénario est le même pour Schiller Hyppolite. Le demi-frère de Jean Pascal se battra le 21 février au Casino du Lac Lemay à Gatineau. Il doit y défendre sa ceinture WBC de la Francophonie face à un adversaire qui reste à déterminer.

Le poids lourd trifluvien Simon Kean (2-0, 2 K.-O.), les frères Ayaz et Mian Hussain (deux super-mi-moyens) et l'Américain Will Madera seront également en action à Montréal le 12 mars.