NOUVELLES
18/01/2016 03:39 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Le Croissant rouge palestinien n'a pas refusé de soigner des Israéliens (CICR)

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a affirmé lundi que, selon les résultats d'une enquête interne, ses collaborateurs palestiniens n'avaient pas refusé de soigner deux Israéliens, décédés après avoir été blessés par balles en Cisjordanie.

En novembre, une Israélienne avait accusé les services d'urgence du Croissant rouge, qui opèrent dans les Territoires palestiniens, de ne pas avoir soigné son mari et son fils qui avaient succombé après avoir été touchés par balles par des Palestiniens près d'une colonie, sur une route du sud de la Cisjordanie, le 13 novembre.

Ces événements et les accusations selon lesquelles le Croissant rouge avait failli à sa vocation de neutralité avaient été largement rapportés dans les médias israéliens. L'ambassadeur d'Israël à l'ONU Danny Danon avait appelé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon à condamner publiquement l'organisation.

Le refus de traiter un patient aurait constitué une "grave atteinte à nos principes fondamentaux", a déclaré le CICR dans un communiqué.

Le rabbin Yaakov Litman et son fils âgé de 18 ans, Netanel, ont été tués par balles dans leur voiture près de la colonie de Otniel, dans la région de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

Selon l'enquête du CICR, l'équipe du Croissant rouge a été la première à répondre à l'appel d'urgence mais les deux hommes étaient déjà morts, a indiqué Jacques de Maio, chef de la délégation du CICR pour Israël et les Territoires palestiniens.

"Aucun des survivants (dans la voiture) n'avait besoin d'assistance médicale et malheureusement il n'y avait plus rien à faire pour ceux qui avaient été tués par balles", a-t-il souligné.

jod/mjs/dms/nbz