NOUVELLES
18/01/2016 02:10 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

La France va dépenser "plus de deux milliards d'euros" pour l'emploi (Hollande)

La France va dégager "plus de deux milliards d'euros" pour une série de mesures visant à relancer l'emploi, dont un milliard d'euros pour la formation de 500.000 chômeurs, sans nouvel impôt, a indiqué lundi le président François Hollande.

"Ces deux milliards d'euros seront financés sans prélèvement supplémentaire d'aucune sorte, autrement dit seront financés par des économies", a déclaré le chef de l'Etat lors de ses voeux aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi.

Plus de 10% des Français, soit 3,57 millions de personnes, sont sans emploi et François Hollande a régulièrement conditionné une nouvelle candidature de sa part à la présidentielle en 2017 à une inflexion du chômage.

Rappelant qu'un million de chômeurs n'ont pas le niveau du baccalauréat, il a notammant annoncé un plan pour former 500.000 demandeurs d'emploi par an, deux fois plus qu'en 2015. "L'Etat dégagera un milliard d'euros" pour mobiliser les acteurs du secteur, a-t-il dit.

Soupçonné par l'opposition de vouloir faire baisser artificiellement les chiffres du chômage à un an de la présidentielle, il a assuré que ce plan de formation n'était pas "un artifice statistique".

François Hollande a également promis aux entreprises de moins de 250 salariés une prime immédiate de 2.000 euros par an pour toute embauche à long terme de salariés payés jusqu'à 1,3 fois le salaire minimum.

Alors qu'une réforme du code du travail est engagée, il a redit que des accords conclus au niveau de l'entreprise pourront "moduler davantage" le temps de travail, voire déroger au contrat de travail "dans l'intérêt de l'emploi".

Reprenant à son compte la formule de la flexisécurité des pays scandinaves, le président socialiste a jugé que "l'objectif" était "plus de sécurité pour l'entreprise pour embaucher, pour adopter son effectif lorsque les circonstances économiques le demandent, et aussi plus de sécurité pour le salarié face aux mutations et à la mobilité".

bur-chp/pt