NOUVELLES
17/01/2016 20:48 EST | Actualisé 17/01/2017 00:12 EST

La Chine affiche sa "retenue" après l'élection à Taïwan

La Chine insistait lundi sur sa "retenue" après l'élection présidentielle à Taïwan d'une dirigeante méfiante envers Pékin, médias et experts n'y voyant "pas un vote pour l'indépendance" mais la conséquence de "problèmes internes" à l'île.

Tsai Ing-wen, candidate du parti Parti démocratique progressiste (PDP), a enregistré samedi une victoire écrasante pour devenir la première femme à diriger Taïwan, le parti au pouvoir du Kuomintang (KMT), favorable au rapprochement avec Pékin, ayant concédé sa défaite.

"Le continent montre de la retenue" depuis l'élection, estimait lundi le journal Global Times en Une, la presse se montrant globalement attentiste face à Mme Tsai, qui a déclaré vouloir préserver le "statu quo" actuel avec les autorités continentales, modérant le discours traditionnellement indépendantiste du PDP.

"Sa politique a l'égard du continent est ambigüe" mais elle "a la responsabilité de maintenir le développement des relations interdétroits sur de bons rails", estimait lundi un éditorial du journal officiel China Daily.

Presse, institutions et experts s'emploient par ailleurs à minimiser l'importance des relations avec la Chine continentale dans la cinglante défaite du favori de Pékin.

L'échec du KMT est dû à "des problèmes internes comme des défaillances dans l'administration, le chômage en hausse et les inégalités sociales, et non à sa politique envers le continent", selon le China Daily.

"Ce n'était pas un vote en faveur de l'indépendance de Taïwan", renchérit Hu Benliang, spécialiste des études taïwanaises à l'Académie chinoise des sciences sociales, cité par le Global Times.

D'ailleurs, "les relations interdétroits n'ont pas été un thème directeur de la campagne électorale", estime Li Mi, vice-directeur de l'Institut de recherche sur les relations publiques de Shanghai, cité par un site internet du Bureau des affaires de Taïwan.

ehl/ple/plh