NOUVELLES
17/01/2016 19:48 EST | Actualisé 17/01/2017 00:12 EST

L'Open d'Australie s'ouvre au milieu de soupçons de corruption

Les premières balles ont été tapées à l'Open d'Australie, lundi à Melbourne, alors que des révélations de médias britanniques venaient de jeter le soupçon sur la probité du circuit de tennis, obligeant l'ATP à réagir.

Selon la BBC et le site BuzzFeed, qui ont eu accès à des documents confidentiels, seize joueurs ont été soupçonnés d'avoir truqué des matches lors de la décennie écoulée, sans être sanctionnés par l'ATP.

Et pas n'importe lesquels! Parmi eux figurent des vainqueurs de Grand Chelem et huit sont inscrits à l'édition 2016 de l'Open d'Australie.

Le président de l'ATP a été contraint d'improviser une conférence de presse à Melbourne pour démentir toute tentative d'escamotage. "Nous ne sommes pas complaisants, nous sommes vigilants", a assuré Chris Kermode.

Ces révélations n'ont pas troublé les premiers cadors en lice sous le soleil estival de Melbourne: Serena Williams, Kei Nishikori ou encore Tomas Berdych et Petra Kvitova, se sont qualifiés sans perdre un set.

Les débuts de Williams étaient particulièrement attendus car la tenante du titre n'était plus apparue dans un match officiel depuis sa défaite en demi-finale de l'US Open en juin.

Alors que sa préparation avait été gênée par une douleur aux genoux, l'Américaine n'a donné aucun signe de souffrance physique face à l'Italienne Camila Giorgi, battue 6-4, 7-5 dans un match assez accroché.

Le N.1 mondial Novak Djokovic, archi favori pour un sixième titre, jouait son premier match face à l'espoir sud-coréen Chung Hyeon.

fbx/dar