NOUVELLES
18/01/2016 08:56 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

John Kerry "furieux" de la vidéo des marins américains détenus par les Iraniens

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué lundi avoir été "frustré et furieux" en voyant la vidéo publiée par l'Iran montrant dix marins de l'US Navy en détention, tandis que l'armée américaine décrivait de son côté les circonstances de cet incident.

Dix marins américains --neuf hommes et une femme-- ont été arrêtés mardi dernier dans le Golfe persique après que leurs embarcations soient entrées dans les eaux territoriales iraniennes.

Ils ont été libérés moins de 24 heures plus tard, l'Iran ayant accepté que cette intrusion était accidentelle. Mais des images filmées par les Iraniens des marins, notamment les mains sur la tête au moment de leur appréhension, ont été diffusées.

"J'étais très en colère, très frustré et furieux que ces images aient été rendues publiques", a-t-il déclaré sur la chaîne CNN, affirmant que la vidéo avait été publiée par les militaires iraniens ou les Gardiens de la Révolution, pas par le gouvernement.

"Mais je ne l'excuse pas pour autant, car il n'y avait aucune excuse. Nos marins malheureusement, et par inadvertance, sont entrés dans les eaux iraniennes", a expliqué le chef de la diplomatie américaine.

Peu après ces commentaires, le commandement militaire américain (Centcom) a publié le premier rapport détaillé de l'incident impliquant deux bateaux patrouilleurs (RCB) américains, qui a menacé de déclencher une nouvelle crise entre l'Iran et les Etats-Unis.

L'un des RCB "avait des indications concernant un problème mécanique dans un moteur diesel" et les deux bateaux se sont arrêtés, a indiqué le Centcom dans un communiqué. "Cet arrêt s'est produit dans les eaux territoriales iraniennes mais rien n'indique que les marins connaissaient leur position exacte".

Tandis que les équipages "s'efforçaient de déterminer l'origine du problème technique, des bateaux iraniens se sont approchés", a-t-il poursuivi, précisant que quatre navires iraniens ont convergé sur place, tous avec du personnel armé à bord. Après une conversation, certains sont montés à bord des patrouilleurs, qui ont ensuite été escortés jusqu'à l'île de Farsi.

Un inventaire effectué après la libération des marins, repartis avec leurs bateaux, a établi qu'il ne manquait aucune armes, munitions ni équipements de communication à l'exception de deux cartes SIM qui semblent avoir été retirées de deux téléphones satellite, a précisé le Centcom.

Le commandement militaire a relevé que rien ne laisse penser à ce stade que les marins américains ont été physiquement maltraités.

pst-js/elm