NOUVELLES
18/01/2016 01:14 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Chine: une université prestigieuse piratée par Daech (presse)

Un pirate informatique disant agir au nom du groupe Etat islamique (EI) est entré dans le réseau informatique d'une prestigieuse université chinoise, y diffusant des images de jihadistes masqués et à cheval, rapportait lundi la presse locale.

L'auteur de l'attaque a modifié des pages du portail de cours en ligne de l'université Tsinghua, les remplaçant par des versets de textes sacrés en arabe accompagnés de musique, a rapporté un journal étudiant de l'institution pékinoise.

En lieu et place de liens vers des programmes de cours et des rubriques d'informations, le site internet affichait une photo de quatre combattants cagoulés et vêtus de noir, montant des chevaux et brandissant l'étendard de l'Etat islamique, selon des copies d'écran.

Le hacker s'est identifié lui-même comme "un pirate de l'Etat islamique".

"Dieu est grand, je n'ai pas peur de la mort, mourir en martyr est mon but ultime", proclamait un message en arabe traduit par la presse.

L'article original publié par le journal étudiant est désormais effacé, mais avait été largement repris par les médias d'Etat, la Chine maintenant un strict contrôle d'internet destiné à effacer tout contenu sensible et à bloquer l'accès à certains sites occidentaux.

Pékin se dit victime du terrorisme international d'inspiration jihadiste, surtout dans la région instable du Xinjiang (nord-ouest), où une frange radicalisée de la minorité ouïghoure musulmane a commis plusieurs attentats spectaculaires en Chine ces dernières années, le plus souvent à l'arme blanche et à l'aide d'explosifs artisanaux.

Pékin est accusé par ses détracteurs de discriminations culturelles et religieuses à l'égard des Ouïghours, les autorités accusant de leur côté certains militants de rejoindre des groupes jihadistes à l'étranger.

Le service chargé de la maintenance du site internet de l'université Tsinghua a refusé de confirmer l'incident à l'AFP.

L'établissement avait rapidement coupé le serveur concerné après la découverte du piratage dimanche soir, selon la presse.

rld-ehl/ros