NOUVELLES
18/01/2016 06:13 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Benzema: la bonne passe à Madrid, l'impasse en France

Deux doublés en deux matches: Karim Benzema ne semble pas du tout perturbé par les conséquences de l'affaire de la sex-tape, qui le prive pour l'instant de l'équipe de France et de l'Euro-2016, et n'en finit pas de flamber sous le maillot du Real Madrid.

Pour sa 300e apparition avec les Merengue, l'attaquant français a une nouvelle fois étalé une redoutable efficacité dimanche contre Gijon (5-1), avec deux buts qui s'ajoutent aux deux réalisations réussies la semaine dernière face au Deportivo La Corogne (5-0).

Est-ce l'effet Zidane? Pas vraiment. L'ancien Lyonnais n'a pas attendu la nomination de la légende du football français au poste d'entraîneur et le départ de Rafael Benitez, le 4 janvier, pour enchaîner les prestations de classe. Avec 19 buts inscrits en 20 matches avec le Real, toutes compétitions confondues, "Benz" effectue sans nul doute la saison la plus prolifique de sa carrière.

Le contraste est saisissant entre son insolente santé en club et son avenir international, désormais en suspens et sérieusement compromis par son implication présumée dans une tentative de chantage à la sex-tape visant son coéquipier en équipe de France Mathieu Valbuena.

- Plaidoyer -

Mis en examen pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs", Benzema a été déclaré non-sélectionnable par la Fédération française de football, tant que son contrôle judiciaire lui interdit de rencontrer Valbuena, et risque d'être privé du grand rendez-vous de la saison, l'Euro-2016 organisé en France (10 juin-10 juillet).

Qu'à cela ne tienne. A Madrid, toutes les occasions sont bonnes pour afficher un soutien inconditionnel à l'attaquant. Pas étonnant donc d'entendre un vibrant plaidoyer en sa faveur de la bouche de Zidane.

"La France ne peut pas se permettre de se passer d'un joueur comme Benzema, a affirmé dimanche l'ex-N.10 des Bleus. Quand on voit ses statistiques, quand on voit ce qu'il fait sur le terrain, forcément on n'a pas envie de ne pas prendre un footballeur de ce niveau. Moi, en tous les cas, à Madrid, je pourrais difficilement me passer d'un joueur comme Karim car, en plus des buts qu'il marque, il est juste impressionnant et à tous les niveaux. Parce qu'il arrive à s'associer et à jouer avec tous ses partenaires et ça, ce n'est pas donné à tout le monde."

Les déclarations de "ZZ", qui avait déjà défendu son joueur au tout début de l'affaire de la sex-tape, n'ont cependant aucune chance de modifier en profondeur la situation inextricable dans laquelle se débat Benzema (28 ans, 81 sélections, 27 buts).

- Petite musique -

Même si les paroles du héros du Mondial-98 ont un poids non négligeable sur la scène française, la balle reste dans la camp de la juge d'instruction Nathalie Boutard. Or les derniers développements de ce scandale n'augurent rien de bon pour l'avant-centre français puisque la magistrate a refusé fin décembre la demande de confrontation Valbuena-Benzema formulée par l'avocat de ce dernier, Alain Jakubowicz.

Zidane n'est pas le seul à avoir entonné cette petite musique et plaidé la cause du meilleur buteur en activité des Bleus, au nom de l'intérêt supérieur du football français. La FFF et son président Noël Le Graët espèrent toujours un dénouement heureux dans ce dossier. "Les choses sérieuses finissent toujours par s'arranger", a d'ailleurs indiqué le patron de la "3F" lors de ses voeux à la presse, le 14 janvier, dans une petite allusion à l'affaire.

Valbuena lui-même a entrouvert une porte en expliquant le 10 janvier sur TF1 qu'il n'aurait "pas de problème" à rejouer avec Benzema.

Jean-Michel Aulas, l'influent président de Lyon, où évolue Valbuena, s'est également dit prêt, le 10 janvier, à "aider" Benzema, son ancien joueur, et à "permettre à l'équipe de France de bénéficier d'une accalmie". Des voeux pieux pour le moment.

kca-kn/pgr/dhe