NOUVELLES
18/01/2016 11:19 EST | Actualisé 18/01/2017 00:12 EST

Attaque à Ouagadougou: renforcement de la sécurité sur les sites français (ambassadeur)

L'ambassadeur de France au Burkina Faso Gilles Thibault a affirmé lundi lors d'une conférence de presse que la sécurité avait été renforcée autour des sites français, n'excluant pas la possibilité d'autres attaques.

"Les établissement scolaires, les lieux recevant le public, les instituts" français feront l'objet de mesures de sécurité renforcées, a-t-il dit, soulignant que le "Burkina faisait le maximum avec ses moyens" après l'attaque à Ouagadougou qui a fait, selon le Quai d'Orsay, trente morts.

"Il n'est pas raisonnable de penser que d'autres attaques ne pourraient pas se passer", a-t-il ajouté soulignant que le Burkina était dans "la même situation que des pays occidentaux, arabes et d'un arc de cercle", partant en Afrique de l'Atlantique passant par la zone sahélienne jusqu'au Kenya, la péninsule arabique, l'Iran, le Pakistan et l'Afghanistan.

Concernant la possibilité que les jihadistes aient été plus nombreux que les trois tués lors de l'attaque, il a déclaré: "Trois assaillants ont été abattus pour le reste je ne sais pas", précisant; "Il y a des suppositions sur la participation d'autres personnes".

"Je reste sur les chiffres annoncés. Trois c'est certain. Peut être 3 ou 4 autres", a commenté Gilles Thibault.

Pour le moment les autorités burkinabè parlent de trois jihadistes tués, mais de nombreux témoignages font état de un, deux, trois, voire plus encore d'assaillants.

"Malheureusement, on s'attendait à une telle attaque. On était prévenu. On anticipait la probabilité qu'il y ait des attaques", a-t-il poursuivi, rappelant qu'il y avait une "multiplication d'autres attaques" ailleurs, y compris en France.

Le diplomate a également redonné le bilan concernant les Français: deux tués plus un Portugais résidant depuis longtemps en France. Trois Français ont également été blessés. Sur ces trois, un a pu quitter l'hôpital les deux autres dont une Franco-Marocaine restant hospitalisée.

En tout, une "dizaine de Français" ont été secourus pendant l'opération.

roh-pgf/jhd