DIVERTISSEMENT
13/01/2016 09:48 EST | Actualisé 14/01/2016 09:18 EST

«L'Amour est dans le pré»: Cupidon frappe encore (VIDÉO/PHOTOS)

Les agriculteurs de la 4e saison de L'amour est dans le pré

LANCEMENT V | Marie-Ève Janvier vous dévoile les agriculteurs de la 4e saison!

Posté par L'amour est dans le pré sur 1 septembre 2015

Un an d’absence nous a fait craindre le pire, mais on ne change pas une recette qui marche. Avec 600 000 téléspectateurs, L’Amour est dans le pré revient à V cet hiver pour une quatrième saison.

À partir du jeudi 21 janvier à 20 heures, l’animatrice Marie-Ève Janvier reprend les commandes de la nouvelle mouture qui réunit cinq agriculteurs des quatre coins du Québec à la recherche de l’âme sœur. Le format demeure le même, si ce n’est les premières rencontres entre les célibataires qui s’étirent cette fois sur deux épisodes entiers.

Dès le générique, on reconnaît la signature de la téléréalité. Les nouveaux agriculteurs aux langages colorés semblent tous partant pour une nouvelle aventure auprès de leurs prétendantes jusqu’au jour où la romance fera naître des vocations. Une méthode qui a déjà fait ses preuves puisque depuis la mise en ondes de la première saison, sept couples se sont formés et huit poupons sont nés.

Galerie photo L'Amour est dans le pré 2016 Voyez les images

Une vie de fermier

On nous promet des rebondissements, plusieurs chicanes et au bout du chemin, l’amour qui sera marqué au petit écran par un voyage à deux, sorte de lune de miel dans les tropiques. Ne vous fiez pas aux réactions parfois cabotines de nos jeunes agriculteurs comme celle du genre: «Si je peux l’embarquer dans mon pick-up, je la marie», car les grands gaillards ont les valeurs bien à leur place.

Et puis, pas question pour eux de vivre une expérience passagère, car il y a les animaux à nourrir, les vaches à traire et le travail aux champs. On ne badine pas avec l’amour agricole, surtout quand celui-ci implique un mode de vie drastique. Quand un des fermiers offre une paire de bottes toute neuve à l’une de ses prétendantes ravies du cadeau, il n’hésite pas à lui lancer un «attends qu’on mette de la marde dessus». À défaut de faire fondre les cœurs, le message a le mérite d’être clair.

D’ailleurs, les téléspectateurs se rendront vite compte que les agriculteurs n’ont pas tous les mêmes besoins. Entre un père de famille qui doit s’occuper de ses trois enfants tout en faisant rouler sa ferme laitière et un jeune copropriétaire d’une exploitation bovine, il y a deux mondes. C’est ce qui fait aussi le charme de l’émission, aux soupirantes maintenant d’y aller pour les bonnes raisons, de séduire sans avoir peur de se salir.

Au final, L'Amour est dans le pré demeure un divertissement. Charmants et sympathiques, les agriculteurs révèlent leur quotidien intime dans l’espoir de fonder des familles. Le concept à ce mérite, même si l’état économique des fermes au Québec y est rarement abordé. Le métier se précarise sous les dettes. Il faut quand même savoir que plus de 200 exploitations laitières ont fermé chez nous en moins d’un an, ce qui fait autant de beaux célibataires en moins.