NOUVELLES
12/01/2016 06:25 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Turquie: 10 morts et 15 blessés dans une explosion dans un secteur touristique

ISTAMBOUL — Au moins dix personnes — dont neuf touristes allemands — ont été tuées et 15 autres blessées mardi en Turquie, quand un kamikaze apparemment d'origine syrienne s'est donné la mort dans un secteur d'Istanbul fréquenté par de nombreux touristes.

Le premier ministre Ahmet Davutoglu a dit que le kamikaze était affilié au groupe armé État islamique.

L'attentat a été commis dans le quartier de Sultanahmet.

M. Davutoglu a communiqué par téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel pour lui offrir ses condoléances. Un dirigeant turc a confirmé que la plupart des victimes sont allemandes.

«Istanbul est frappée aujourd'hui; Paris a été frappée, la Tunisie a été frappée, Ankara a été frappée dans le passé, a dit la chancelière Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin. Le terrorisme international nous dévoile encore aujourd'hui son visage cruel et inhumain.»

Le premier ministre adjoint Numan Kurtulmus a dit que le kamikaze est un Syrien âgé de 28 ans, mais on ne sait pas s'il compte parmi les dix morts. M. Kurtulumus a ajouté que les «connexions» du kamikaze sont sous enquête.

L'explosion a été entendue dans plusieurs quartiers. Elle s'est produite dans un parc où on on trouve un obélisque bien connu, à seulement 25 mètres de la célèbre Mosquée bleue.

L'agence de presse turque Dogan rapporte qu'un Norvégien et un Péruvien comptent parmi les blessés. Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a indiqué qu'un de ses ressortissants a été blessé à un doigt. La blessure au Norvégien a été confirmée par le ministère des Affaires étrangères de ce pays.

M. Kurtulmus a révélé que deux blessés se trouvent dans un état grave. L'Allemagne et le Danemark ont demandé à leurs citoyens d'éviter les foules près des principaux attraits touristiques d'Istanbul.

La Turquie a accepté l'an dernier de jouer un rôle plus important dans la campagne contre le groupe État islamique, notamment en ouvrant ses bases aériennes aux appareils américains qui pilonnent les djihadistes en Syrie. L'armée turque a elle aussi participé à quelques frappes.

Le quartier de Sultanahmet est le plus fréquenté par les touristes à Istanbul. On y retrouve notamment le palais de Topkapi et l'ancienne église byzantine de Sainte-Sophie (Haghia Sophia). La police a bouclé le secteur pour empêcher les gens de s'approcher, dans l'éventualité d'un deuxième attentat, et il a été interdit aux médias de diffuser des images de l'attentat ou d'évoquer les détails de l'enquête.

Le premier ministre Davutoglu a immédiatement convoqué une rencontre d'urgence avec le ministre de l'Intérieur et d'autres responsables.

En 2015, la Turquie a été le théâtre de deux attentats sanglants; ils ont tous deux été imputés par les autorités aux djihadistes du groupe État islamique.

En juillet, plus de 30 personnes ont été tuées par une puissante explosion ayant retenti à Suruç, tout près de la frontière avec la Syrie. En octobre, deux attentats-suicides survenus à l'extérieur d'une gare très fréquentée d'Ankara, la capitale turque, ont fait plus de 100 morts.