NOUVELLES
12/01/2016 09:59 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Quatre Israéliens inculpés pour le lynchage d'un Erythréen

Quatre Israéliens ont été inculpés mardi du lynchage d'un Erythréen qui se trouvait à terre après avoir été blessé par balles par un agent de sécurité l'ayant pris à tort pour l'auteur d'une attaque, ont rapporté les médias.

Habtom Zarhum, un demandeur d'asile de 29 ans, est décédé des suites de ses blessures par balles et non du lynchage, selon une autopsie.

Selon la radio publique israélienne, figurent parmi les quatre Israéliens inculpés un officier servant dans une prison et un autre militaire.

L'incident avait eu lieu en octobre à Beersheva, dans le sud d'Israël. Zarhum attendait le bus à la gare routière quand un Arabe israélien était entré dans la gare, avait tué un soldat, s'était emparé de son fusil et avait tiré sur la foule, blessant une dizaine de personnes.

Dans la confusion, un agent de sécurité avait pris Zarhum pour un assaillant et lui avait tiré dessus.

Sur une vidéo postée sur internet, Zarhum est au sol, dans son sang mais encore en vie, encerclé par une foule d'hommes. Certains l'insultent et lui assènent des coups de pieds. La police finit par s'interposer.

L'avocat de l'officier inculpé a indiqué que son client pensait que lui et les autres personnes présentes sur les lieux se trouvaient en danger de mort.

"Il y avait toujours un danger à ce moment-là. Le suspect bougeait encore et aurait pu avoir un pistolet ou une ceinture d'explosifs", a dit Tzion Amir.

La Cisjordanie, Jérusalem et Israël sont en proie depuis le 1er octobre à une vague de violences qui a fait 149 morts côté palestinien et 23 côté israélien, selon un décompte de l'AFP.

Après la mort de Zarhum, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait appelé les Israéliens à ne pas se faire justice eux-mêmes, mais beaucoup ont vu la mort du jeune homme comme révélatrice du traitement réservé par Israël aux demandeurs d'asile africains.

Les communautés africaines se plaignent régulièrement d'être marginalisées et ont manifesté à plusieurs reprises pour dénoncer le "racisme" qu'elles disent subir.

Selon l'ONU, Israël abrite 53.000 réfugiés et demandeurs d'asile, la plupart entrés illégalement via le Sinaï égyptien. Parmi eux, 36.000 sont venus d'Erythrée.

scw/mjs/cmk/vl