NOUVELLES
12/01/2016 02:06 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Provinces maritimes: plaidoyers des premiers ministres pour l'immigration

FREDERICTON — Trois premiers ministres des Maritimes répètent que leurs provinces ont un important besoin d'immigrants.

Ils réagissent ainsi aux propos de l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna, qui a écrit en début de semaine dans une lettre ouverte qu'il favorisait l'implantation obligatoire d'immigrants dans la région atlantique afin de contrer les effets dévastateurs du vieillissement accéléré de la population.

M.McKenna, qui est maintenant l'un des dirigeants de la Banque Toronto-Dominion (TSX:TD), déplore qu'à peine 2,5 pour cent des immigrants arrivant au Canada s'installent dans les provinces de l'Atlantique.

Il propose que des immigrants soient tenus de vivre de trois à cinq ans en régions avant d'obtenir la citoyenneté canadienne

En 2014, le nombre de décès a surpassé celui des naissances au Nouveau-Brunswick, pour la première fois. Frank McKenna rappelle qu'une population en déclin affecte négativement le calcul du Programme de péréquation, le versement de paiements de transfert pour la santé et l'éducation de même que les revenus d'impôt des gouvernements.

Le chef du gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan, croit que la situation de l'immigration au Canada atlantique est devenue un besoin critique.

Son homologue du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, entend soumettre le dossier démographique aux membres du Conseil des ministres du gouvernement Trudeau lorsqu'ils se réuniront la semaine prochaine dans sa province.

Quant à Stephen McNeil, premier ministre de la Nouvelle-Écosse, il propose un collaboration entre les gouvernements et les groupes communautaires pour créér des structures qui permettront aux immigrants de mieux s'implanter dans les régions et d'y demeurer.