NOUVELLES
12/01/2016 15:15 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Obama appelle les Américains à ne pas succomber aux "peurs"

Le président des Etats-Unis Barack Obama devait appeler mardi soir les Américains à ne pas succomber aux "peurs" dans une période "d'extraordinaires changements" qui ont un impact sur leur façon de vivre mais aussi sur la place de leur pays dans le monde.

Dans une référence à peine voilée à ses adversaires républicains, que la Maison Blanche accuse de jouer sans scrupules sur les angoisses des Américains, le président démocrate devait, à l'approche de l'élection présidentielle de novembre, insister sur la nécessité de s'adapter au changement sans le redouter.

"L'Amérique a traversé des changements majeurs dans le passé: guerres et récessions, arrivée d'immigrants, lutte pour les droits civiques", devait-il déclarer selon des extraits de son discours sur l'état de l'Union diffusés par la Maison Blanche.

"A chaque fois, certains nous disaient d'avoir peur de l'avenir. (...) A chaque fois, nous avons vaincu ces peurs", devait-il ajouter.

Les bouleversements en cours sont chargés de promesses, telles que "des découvertes médicales fantastiques" mais aussi de "perturbations économiques" qui pèsent sur les familles. "Ils permettent l'accès à l'éducation pour les filles dans des villages reculés mais ils connectent au-delà des océans les terroristes qui fomentent (des attentats)", devait-il ajouter.

"Que cela nous plaise ou non, ces changements vont s'accélérer", devait encore insister M. Obama, au pouvoir depuis 2009.

"La démocratie exige un minimum de liens de confiance entre ses citoyens", devait-il ajouter, appelant de ses voeux des "débats constructifs et rationnels".

A plusieurs reprises, M. Obama, qui s'est tenu jusqu'ici à l'écart de la campagne visant à désigner son successeur, a dénoncé les propos sur les immigrants du milliardaire Donald Trump, que les sondages placent pour l'heure en tête dans le camp républicain.

Début décembre, la Maison Blanche avait dénoncé des propos "cyniques", "destructeurs" et "moralement répréhensibles" après sa proposition visant à interdire temporairement l'entrée des Etats-Unis aux musulmans, dans la foulée de l'attentat meurtrier de San Bernardino (Californie).

M. Obama doit d'exprimer à 21H00 (02H00 GMT mercredi) devant les élus de la Chambre des représentants et du Sénat, pour son dernier discours sur l'état de l'Union avant son départ de la Maison Blanche, en janvier 2017.

A l'exception d'une allocution attendue en juillet à Philadelphie lors de la Convention démocrate, qui devrait sauf surprise désigner Hillary Clinton comme candidate de son camp, ce discours devrait être le dernier rendez-vous où il bénéficiera d'une audience aussi importante en prime-time.

jca/bdx