NOUVELLES
12/01/2016 08:56 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Nucléaire: l'Iran va vendre 40 tonnes d'eau lourde aux Etats-Unis

L'Iran va vendre aux Etats-Unis une partie de son stock d'eau lourde, utilisée dans les réacteurs du même type, dans le cadre de l'accord nucléaire avec les grandes puissances, a déclaré un haut responsable iranien.

"L'Iran va vendre 40 tonnes d'eau lourde aux Etats-Unis par l'intermédiaire d'un autre pays", a déclaré le vice-président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Asghar Zarean, cité par les médias.

Il n'a pas donné d'indications sur cet "autre pays", le montant de la transaction ni la date de l'opération.

Il a précisé qu'une fois vendues, "six tonnes seront utilisées dans les centres atomiques et le reste dans les centres de recherche américains".

L'Iran possède une usine de production d'eau lourde dans son site nucléaire d'Arak, active depuis plusieurs années.

Cette eau lourde devait être utilisée dans le réacteur d'Arak mais l'Iran a accepté, dans le cadre de l'accord nucléaire conclu en juillet avec des grandes puissances, de le modifier pour garantir qu'il ne servira pas à fabriquer l'arme atomique.

Selon cet accord, l'Iran doit accomplir un certain nombre de gestes pour limiter son programme et obtenir en échange la levée des sanctions internationales.

Téhéran a réduit le nombre de ses centrifugeuses et transféré l'essentiel de son stock d'uranium faiblement enrichi en Russie. Il doit encore retirer le coeur du réacteur d'Arak pour le transformer, en coopération avec la Chine et les Etats-Unis.

"Nous devons avoir un accord solide avec la partie étrangère, notamment la Chine (...) Les documents de l'accord seront officiellement échangés à la fin de la semaine prochaine ou cette semaine", a déclaré M. Zarean à ce sujet.

"Tant que l'accord n'est pas finalisé, nous ne prendrons certainement aucune mesure concrète pour sortir le coeur du réacteur d'Arak", a-t-il ajouté.

Un peu plus tard, le porte-parole de l'OIEA, Behrouz Kamalvandi, a précisé que des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) se trouvaient déjà en Iran.

"Un grand nombre d'inspecteurs de l'AIEA se trouvent en Iran depuis plusieurs jours et nous espérons finaliser les choses au cours des prochains jours", a déclaré M. Kamalvandi, refusant toutefois de fixer une date précise. "C'est une question de jours et non de semaines".

L'AIEA doit vérifier que l'Iran a bien rempli toutes ses obligations.

sgh/cmk/bpe