NOUVELLES
12/01/2016 05:59 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Littérature érotique - Kim Thúy : « Je ne sais pas ce que c’est, l’érotisme »

Kim Thúy a beaucoup écrit pendant les Fêtes : elle vient de déposer le manuscrit de son prochain roman, Vi, qui paraîtra en avril à Libre expression. Mais c'est avec Rendez-vous, une nouvelle érotique inédite écrite pour ICI ARTV en marge de la série documentaire L'art érotique, qu'elle aborde 2016. 

Dans cette nouvelle, deux amants se livrent à jeu sensuel et intellectuel et se donnent rendez-vous aux quatre coins du monde par le biais de notes griffonnées dans des livres, chaque nouveau titre provoquant une montée du désir.

Pourtant, la populaire auteure avoue ne pas être attirée par la littérature érotique. Et quand Stéphane Dompierre l'avait approchée pour participer à son Nu, son collectif érotique, elle avait essayé avant de renoncer.

Cette fois-ci, elle s'est lancée, même si ses amis rient d'elle et lui disent que « ce n'est pas érotique pantoute [son] truc. »

Pour elle, « parler de cul, c'est une chose. En écrire, c'en est une autre. » Ainsi, la seule image crue du texte est peut-être celle des pilons qui écrasent la menthe dans le bar situé juste sous la chambre où les amants s'ébattent.

L'inspiration pour sa nouvelle lui est donc venue plutôt sous forme d'images, de souvenirs de lieux qu'elle avait visités.

Par exemple, elle voulait parler de cet hôtel de Göteborg où les fenêtres des chambres se font face : si on ne tire pas les rideaux, on peut voir les occupants de la chambre opposée, à une dizaine de mètres.

L'hôtel est situé au-dessus d'une gare, ce qui l'a naturellement amenée à Queneau et à ses Exercices de style.

La Turquie? Elle s'est souvenue d'un bar là-bas qui ne servait qu'un seul cocktail, le mojito. Puis la Turquie lui a fait penser à Orhan Pamuk et son Musée de l'innocence.

Tous les livres évoqués dans la nouvelle sont des livres qu'elle aime beaucoup, qu'elle connaît intimement, contrairement à ses deux personnages qui eux, n'ont même pas de prénom. 

Quand la femme rencontre l'homme, elle ne sait même pas ce qu'il fait dans la vie. En revanche, on sait d'elle que c'est une professionnelle, quelqu'un de performant. Dans la tête de Kim Thúy, elle est VP de quelque chose. Parce qu'elle voulait que le jeu soit égal. Certes, il est initié par l'homme, mais la femme aussi se met à donner des rendez-vous : le jeu se joue à deux.

Et la relation, de sexuelle au départ, devient rapidement une promesse : on ne sait pas où sera donné le prochain rendez-vous, par quel livre. Kim Thúy rit en imaginant que cette façon de se donner rendez-vous pourrait devenir une nouvelle mode... à condition d'aimer lire!