NOUVELLES
12/01/2016 08:57 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Le mystère entoure un incident auquel sont mêlés Galchenyuk et Smith-Pelly

BROSSARD, Qc — Comme si ses difficultés sur la patinoire ne suffisaient pas, le Canadien de Montréal doit désormais composer avec un incident survenu à l'extérieur de la patinoire. Et comme c'est son habitude, l'équipe a décidé de régler l'épineux dossier derrière des portes closes.

Le directeur général Marc Bergevin a convoqué, mardi, les attaquants Alex Galchenyuk et Devante Smith-Pelly à la suite d'informations dévoilées par le quotidien La Presse et selon lesquelles la copine de Galchenyuk aurait été arrêtée dans une affaire considérée comme un dossier de violence conjugale.

Les incidents allégués seraient survenus dans la nuit de samedi à dimanche au domicile de Galchenyuk, en présence de Smith-Pelly. Les policiers auraient reçu un appel vers 8h, dimanche matin.

Rien ne devait toutefois transpirer mardi de cette rencontre au sommet. Malgré les demandes des représentants des médias, Galchenyuk et Smith-Pelly n'ont pas été rendus disponibles sous prétexte de la rencontre avec Bergevin immédiatement après la séance d'entraînement de l'équipe au Complexe Bell.

Les journalistes ont également manifesté le souhait de rencontrer le directeur général, une demande qui a également été refusée. Quant à l'entraîneur Michel Therrien, il était déjà prévu qu'il ne tiendrait pas de point de presse.

Galchenyuk aurait décidé de ne pas porter plainte.

À défaut d'obtenir la version des principaux intéressés ou la réaction de l'état-major de l'équipe, les journalistes ont dû se tourner vers les quelques joueurs qui se sont pointés dans le vestiaire, dont Brendan Gallagher et le capitaine Max Pacioretty.

Les deux attaquants ont été très avares de commentaires, se limitant à dire qu'ils avaient été mis au courant de l'histoire avant l'entraînement, qu'il s'agissait d'une affaire personnelle entre Galchenyuk et son amie de coeur qui n'était pas liée au hockey.