NOUVELLES
12/01/2016 09:14 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Le Canadien détenu par les talibans a été libéré «pour des motifs humanitaires»

Le Canadien retenu cinq ans en otage par les talibans en Afghanistan a été libéré «pour des motifs humanitaires et suivant la morale divine de l'islam», ont soutenu ses ravisseurs, mardi.

Colin Rutherford, de Toronto, faisait du tourisme en Afghanistan, en novembre 2010, lorsqu'il a été enlevé par les talibans. Sa libération a été annoncée lundi par le ministère canadien des Affaires étrangères, dans un communiqué laconique. Le ministre Stéphane Dion remerciait par ailleurs le gouvernement du Qatar «de son aide dans cette affaire».

Dans un communiqué publié mardi, les talibans confirment l'implication du Qatar mais expliquent aussi que l'otage canadien a été libéré «pour des motifs humanitaires et suivant la morale divine de l'islam». Les talibans précisent que Colin Rutherford a été détenu dans la province de Ghazni, dans le nord-est de l'Afghanistan.

L'ambassade du Canada à Kaboul n'a pas voulu indiquer si M. Rutherford avait déjà quitté le pays, mardi. La veille, le ministre Dion indiquait que le gouvernement canadien «continuera de fournir une aide consulaire à M. Rutherford et l’aidera à retourner chez lui en toute sécurité».

Le chef de police Aminullah Amarkhil a de son côté révélé que le Canadien avait été récupéré par un hélicoptère, escorté d'avions de chasse, vers 11 h lundi à Giro, à une quarantaine de kilomètres de Ghazni, la capitale de la province.

L'implication du Qatar dans la libération de l'otage canadien n'a rien d'étonnant. Le petit émirat du golfe Persique a souvent joué — discrètement — le rôle de médiateur entre les talibans et des capitales occidentales. Le gouvernement qatari a même servi de médiateur entre les gouvernements en place à Kaboul et les insurgés afghans. Les talibans maintiennent d'ailleurs ouvertement un bureau politique à Doha, la capitale qatarie, depuis 2013.

Les proches de M. Rutherford n'avaient pas eu signe de vie de l'otage canadien depuis une vidéo rendue publique par les ravisseurs en 2011. Dans un courriel, les talibans accusaient alors le Canadien de 26 ans d'être un espion. Dans la vidéo, M. Rutherford niait ces allégations et soutenait qu'il s'était rendu en Afghanistan pour visiter des monuments historiques et des lieux de culte.

Avant de partir en vacances en Afghanistan, Colin Rutherford était vérificateur à Toronto auprès de l'Office canadien de vérification de la diffusion, qui mesure le lectorat des médias écrits.