NOUVELLES
12/01/2016 04:26 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

La FIFA pourrait alourdir les peines de Platini et Blatter

Les enquêteurs de la FIFA ont annoncé mardi leur intention de faire appel de la suspension de huit ans infligée à Michel Platini et à Joseph Blatter.

Les enquêteurs avaient requis la radiation à vie contre les deux hommes.

« La chambre d'instruction a l'intention de lancer la procédure d'appel de la décision contre M. Blatter et M. Platini au comité d'appel de la FIFA », a indiqué dans un communiqué Andreas Bantel, porte-parole de la chambre d'instruction de la commission d'éthique de la FIFA.

La commission d'éthique est composée de deux comités : la chambre d'instruction, soit les enquêteurs-procureurs qui avaient requis la radiation à vie, et la chambre de jugement, qui avait prononcé la suspension de huit ans.

En clair, les juges de la FIFA considèrent donc que la corruption, finalement écartée des charges retenues contre le dirigeant suisse de 79 ans et le dirigeant français de 60 ans, doit toujours être prise en compte.

Les magistrats de la FIFA qui avaient rendu le verdict le 21 décembre ont principalement mis en avant les fautes « d'abus de position« et de « conflit d'intérêts ».

Cette sanction a conduit Michel Platini à annoncer le 7 janvier qu'il renonçait à briguer la présidence de la FIFA, faute de temps pour épuiser les recours possibles avant le scrutin toujours fixé au 26 février à Zurich.

La machine juridique fonctionne à plein

L'annonce par la chambre d'instruction de son intention d'interjeter appel survient alors que Michel Platini a déposé lundi en fin d'après-midi son appel auprès de la chambre des recours de la FIFA pour tenter de faire lever sa suspension de 8 ans.

Le président de l'UEFA, une fois la décision de la chambre des recours connue, pourra éventuellement se tourner vers le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne, le dernier échelon de la justice sportive. L'ancien no 10 dénonce un procès politique pour l'empêcher de se présenter à la présidence de la FIFA.

Aujourd'hui, il n'y a plus que cinq candidats en lice à la présidence de la FIFA : l'ancien membre de la FIFA Jérôme Champagne, le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino, l'homme d'affaires sud-africain Tokyo Sexwale, le prince jordanien Ali et le président de la Confédération asiatique cheik Salman Bin Ebrahim Al Khalifa.

Le débat du 29 janvier annulé

Un débat télévisé, prévu le 29 janvier à Londres entre les cinq candidats à l'élection à la présidence de la FIFA, a été annulé par le réseau ESPN.

« Très décevant que ESPN doive annuler ce débat télévisé, a regretté Jérôme Champagne sur les réseaux sociaux. Moi-même et M. Ali Al-Hussein avions accepté, tandis que les trois autres ont refusé. Pas besoin d'autre commentaire. »

Contacté par l'AFP, un porte-parole de la chaîne américaine a confirmé que le débat n'aura pas lieu.

« Nous avons invité les cinq candidats à prendre part au débat et on a fait tous les efforts possibles pour envisager avec eux toutes les options logistiques possibles, a expliqué le porte-parole de ESPN. En fin de compte, nous n'avons pas eu les engagements nécessaires pour faire un programme fidèle à nos standards. »