NOUVELLES
12/01/2016 01:12 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Faire du tourisme dentaire à ses risques et périls

Un Québécois est allé jusqu'au Mexique pour se faire poser des implants dentaires. Il était attiré par les coûts beaucoup moins élevés des traitements là-bas. Cette aventure lui a finalement coûté très cher.

Un texte de Nancy Desjardins à La facture

De plus en plus de gens vont se faire soigner à l'étranger en espérant ainsi économiser. En 2014, 52 000 Canadiens ont fait du tourisme médical, comparativement à 41 000 en 2013.

Claude Jacques fait partie du lot, et il en garde un très mauvais souvenir. « C'est une histoire d'horreur cette affaire-là! »

Ce Québécois a d'importants problèmes de dentition. Il lui manque plusieurs dents. Pour remplacer trois d'entre elles, son dentiste lui suggère la pose d'implants dentaires au coût de 13 500 $.

Il fait des recherches aux quatre coins du monde et s'intéresse finalement à une clinique de Cancun, au Mexique, qui vise clairement un marché international. Le directeur de la clinique parle français, ce qui le met en confiance. « Il me dit que c'est propre, il me montre des photos. [...] Il me vante l'expertise de son chirurgien maxillo-facial ».

La clinique propose de lui poser les trois implants avec les prothèses pour 6800 $. C'est moitié moins cher qu'au Québec.

Claude Jacques achète un forfait tout inclus et prend rendez-vous avec la clinique Sunset Dental Cancun. Dès sa première visite à la clinique, on lui suggère de poser non pas trois, mais six implants dentaires au coût de 18 500 $. Un tel traitement lui aurait coûté environ 28 000 $ au Québec. Claude Jacques accepte donc la proposition.

L'intervention dure six heures, et la clinique l'assure que tout s'est bien passé. À son retour à Québec, Claude Jacques s'inquiète et rencontre son dentiste, car un des implants n'est pas du tout solide. Il tombera d'ailleurs une semaine plus tard.

Du travail mal fait

La Facture a demandé à Jean Poirier, président de l'Association des spécialistes en chirurgie buccale et maxillo-faciale du Québec, d'examiner M. Jacques. Nous lui avons aussi montré les imageries médicales prises avant et après l'intervention faite au Mexique.

 En tout, deux des six implants sont tombés. Et selon le Dr Poirier, les quatre implants restants ont aussi d'importants problèmes. Certains sont de travers; ils ne sont pas parallèles aux dents adjacentes.

Jean Poirier explique que le taux de succès de l'implantologie atteint de 95 à 98 %. « Si vous êtres en bas de ça, c'est parce que vous ne devriez peut-être pas faire de l'implantologie ».

Le directeur de la clinique de Cancun, Alain Mourgue, ne voit aucun problème avec la perte de deux implants.

Claude Jacques demande le remboursement des 8400 $ payés pour la première étape du traitement. Le directeur de la clinique refuse de le rembourser.

La clinique de Cancun offre de reprendre les travaux, mais Claude Jacques n'a plus confiance et n'a aucunement l'intention de retourner là-bas.

Des précautions à prendre

Selon l'avocat québéco-mexicain Felipe Morales, il est possible de porter plainte, au Mexique, à la Commission nationale d'arbitrage médical, la CONAMED. Cet organisme intervient lors de litiges entre un patient et un professionnel de la santé.

La CONAMED recommande notamment à ceux qui veulent se faire soigner au Mexique de vérifier si le praticien en question a un permis d'exercice.

La clinique de Cancun a refusé de donner de l'information à La facture sur les compétences du spécialiste qui a traité M. Jacques.

Les dentistes font l'objet du plus grand nombre de plaintes déposées auprès de la CONAMED, selon des études de cette instance réalisées en 2008.