NOUVELLES
12/01/2016 12:30 EST

Un centre de désintoxication ferme ses portes et blâme le gouvernement Couillard

Disant être pris à la gorge depuis que le gouvernement libéral de Philippe Couillard a procédé à une réforme du programme d'aide sociale l'an dernier, le centre de désintoxication Mélaric a annoncé sa fermeture, mardi, après 32 ans de service.

Le centre, situé à Saint-André-d'Argenteuil, n'a « plus de liquidités financières pour continuer ses opérations » et il lui est donc « impossible » de demeurer ouvert plus longtemps « dans les présentes conditions », indique un communiqué publié mardi matin.

Québec est demeuré sourd aux « nombreux messages à l'aide » envoyés, indique le centre.

« Le gouvernement voulait faire fermer des centres; c'est mission accomplie aujourd'hui! Le plus grand centre de thérapie au Québec, avec 130 lits, ferme ses portes. »

— Lise Bourgault, directrice générale adjointe du centre

Seize employés perdent leur emploi et les 75 clients alcooliques ou toxicomanes qui s'y trouvent seront déplacés; 43 d'entre eux, présents par ordre judiciaire, retourneront dans leur centre de détention respectif, tandis que les 32 autres seront transférés ailleurs ou retourneront chez eux.

S'appuyant sur un rapport commandé et payé par le ministère de la Santé et des Services sociaux, Mélaric explique qu'il souffre d'un « manque de financement adéquat » depuis que le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) a réduit à 200 $ par mois les prestations mensuelles de ses clients.

Cette décision a été annoncée le 28 janvier dernier par le ministre François Blais et est entrée en vigueur le 1er mai.

« On n'est même plus capable de nourrir nos gens »

« Cette mesure gouvernementale a fait perdre à Mélaric des revenus cumulés au montant de 350 000 $ au 30 décembre 2015 parce que les clients [...] ne payent plus les frais d'admission de 150 $ et les frais de thérapie de 400 $ par mois qu'ils payaient avant le 1er mai 2015 », souligne la direction du centre.

« Ce montant-là, c'était le paiement de mon hypothèque et de mes incompressibles », a expliqué la directrice générale adjointe du centre, Lise Bourgault, dans une entrevue accordée à ICI RDI. « Là, c'est fini. On n'est même plus capable de nourrir nos gens et de payer leur thérapie. »

Dans son communiqué, la direction du centre explique qu'il serait « moralement inadmissible de facturer aux clients des services autres que leurs frais de transport à même leur maigre chèque de 200 $ par mois », en précisant n'obtenir aucun financement du Programme de soutien aux organismes communautaires.

Le centre Mélaric explique qu'il a demandé une subvention de 350 000 $ de Québec pour poursuivre sa mission, mais qu'il s'est vu accorder un montant de 100 000 $ du Secrétariat à l'action communautaire autonome et aux initiatives sociales, qui relève du MESS.

Ce montant « ne correspondait en définitive qu'au montant que Mélaric ne perçoit plus depuis la réduction des prestations d'aide sociale à 200 $ par mois depuis le 1er mai 2015 », indique le centre Mélaric.

La direction affirme qu'elle a demandé à Québec d'établir une « équité de financement » comparable à celle qui s'applique dans les garderies du Québec, afin que les centres d'hébergement accrédités par les centres intégrés de services sociaux reçoivent 60 $ par jour par résident, mais en vain.

« C'est le gouvernement qui va perdre parce que ça va leur coûter beaucoup plus cher que le petit montant qu'on leur demandait. [...] Si le malheur des uns fait le bonheur des autres, j'espère que ça va aider d'autres ressources en toxicomanie au Québec à survivre. L'alerte publique va être assez importante. »

— Lise Bourgault, directrice générale adjointe du centre

Le bureau du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, a fait savoir que ce dernier n'était pas disponible pour réagir à la nouvelle aujourd'hui. La ministre de la Famille, Lucie Charbonneau, doit cependant la commenter.

Des clients en pleurs

La nouvelle de la fermeture du centre a été annoncée aux résidents mardi matin.

Plusieurs d'entre eux étaient en pleurs et se sont dit désemparés par la situation.

« Ça fait une semaine que je suis ici, je suis encore en détresse », a commenté l'un d'eux, Cédric Giroux, en sanglotant.

« Va falloir que me trouve une autre maison de thérapie. Je ne m'attendais pas à ça. Sinon, je ne serais pas venu, je me serais trouvé une autre maison. C'est une belle gang ici et on vient de tout perdre. [...] On vient de perdre notre famille. »

« Je suis venu ici pour essayer de regagner le peu de confiance que j'avais en moi. Me faire couper le gazon sous le pied de même, ça me fait chier en tabarnak. Toute ma vie, on m'a dit que j'étais un bon à rien, que je ne valais rien. Pour une fois que j'avais des intervenants qui croyaient en moi, des amis qui croyaient en moi... »

— Un pensionnaire du centre Mélaric

« C'est extrêmement difficile », a admis Lise Bourgault. « Il y a beaucoup d'accolades. Ici, c'est leur maison, et beaucoup de ces résidents-là n'ont personne. Nos intervenants étaient extrêmement qualifiés. »

Elle-même émue, Mme Bourgault a expliqué qu'il importait maintenant pour le centre « d'amoindrir le stress » des pensionnaires, souvent fragiles, qui devront vivre avec les conséquences de cette fermeture.

L'Association québécoise des centres d'intervention en dépendance avait prévenu en février dernier que 40 centres de thérapie risquaient de fermer leurs portes si Québec allait de l'avant avec sa réforme, et que jusqu'à 7320 personnes pourraient devoir se trouver de l'aide ailleurs.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter