NOUVELLES
12/01/2016 13:00 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Barack Obama s'apprête à livrer son dernier discours sur l'état de l'Union

WASHINGTON — Le discours sur l'état de l'Union livré par Barack Obama jeudi soir sera la dernière occasion pour le président américain de s'adresser aux Américains avant que les délégués des deux principaux partis ne commencent à voter pour celui ou celle qui les représentera à l'élection de novembre 2016.

Dans les six dernières années, le président Obama avait énoncé une liste de propositions législatives ambitieuses aux deux chambres du Congrès.

Cette fois-ci, il devrait axer davantage son discours sur la mise en place des engagements qu'il avait déjà pris dans les deux dernières campagnes à la présidence, afin de donner de l'inspiration au candidat démocrate qui tentera de le remplacer et de permettre au Parti démocrate de reprendre le contrôle des deux chambres.

M. Obama n'appellera pas directement les Américains à reconduire un candidat démocrate à la Maison-Blanche. Or, il soulignera les priorités en politique intérieure et étrangère qu'il avait mises de l'avant et qui commencent à avoir leurs effets sur les Américains — une vision qui correspondra davantage à celle de Hillary Clinton et des autres démocrates aspirant à diriger le parti et moins à celle des candidats républicains.

Certains candidats impliqués dans la course à la Maison-Blanche seront au Capitole, où le président prononcera son discours. Le sénateur républicain Marco Rubio et le sénateur indépendant — et candidat démocrate — Bernie Sanders seront notamment présents.

Barack Obama fera également quelques demandes au Congrès pour poser les dernières pierres de son héritage politique. Ainsi, il encouragera les élus américains à entériner le Partenariat transpacifique et à réformer le système de justice criminelle.

Le chef de cabinet de M. Obama, Denis McDonough, a indiqué que le président se sentait «optimiste pour l'avenir».

Les Américains ne voient toutefois pas les choses de la même manière. Selon un sondage pour le compte du réseau NBC et du «Wall Street Journal» effectué le mois dernier, sept Américains sur dix jugent que le pays se dirige dans la mauvaise direction.

C'est un déclin marqué depuis deux mois, et encore plus important par rapport à la première année de présidence de Barack Obama. En juillet 2009, moins de la moitié des Américains estimaient que l'avenir du pays était sombre.

Il semble que ce pessimisme répandu s'explique par la menace terroriste qui plane sur le pays, ainsi que par la lenteur des changements sociaux promis par le président depuis sa première élection, en 2008.

D'un autre côté, bien que l'année 2015 ait été très instable à Wall Street, les Américains sont plus optimistes sur les perspectives économiques qu'auparavant.

Comme le veut la tradition, les républicains réagiront au discours du président immédiatement après. Cette année, c'est la gouverneure de la Caroline du Sud, Nikki Haley, qui a été choisie pour répondre au président.