NOUVELLES
12/01/2016 10:44 EST | Actualisé 12/01/2017 00:12 EST

Autriche: les demandes d'asile ont triplé en 2015, Vienne durcit le ton

L'Autriche a enregistré 90.000 demandes d'asile en 2015, un chiffre qui a plus que triplé sur un an, selon des chiffres mardi du ministère de l'Intérieur, alors que la coalition au pouvoir à Vienne durcit son discours sur l'accueil des migrants

Le pays de 8,5 millions d'habitants figure parmi ceux de l'UE ayant accueilli le nombre le plus élevé de demandeurs d'asile rapporté à leur population, mais moins que l'Allemagne et la Suède. En 2014, le nombre de demandes d'asile avait été de 28.000.

Les Afghans (25.202 demandes) et les Syriens (25.064 demandes) sont les nationalités les plus représentées parmi les réfugiés, suivis par les Irakiens avec 13.528 demandes.

Le chancelier social-démocrate Werner Faymann, partisan jusqu'à présent de s'en remettre aux solutions communes définies par l'UE pour réduire le nombre de demandeurs d'asile, a infléchi son discours mardi dans une interview au quotidien Kronen Zeitung.

Il affirme la nécessité d'un "Plan B" consistant en un contrôle accru à la frontière slovène par laquelle arrivent les migrants et souhaite, si la loi l'autorise, "faire le tri entre réfugiés économiques et réfugiés de guerre" à cette frontière.

Le chef des conservateurs et vice-chancelier Reinhold Mitterlehner a critiqué les demandeurs d'asile choisissant l'Autriche "pour des raisons d'optimisation économique", attirés par ses prestations sociales. La ministre de l'Intérieur Johanna Mikl-leitner (ÖVP) a jugé qu'il était nécessaire de rendre l'Autriche "moins attractive" à cet égard.

Tous deux ont réaffirmé qu'il fallait instaurer un plafond du nombre de demandeurs d'asile acceptés dans le pays.

M. Mitterlehner a jugé que le plan de l'UE pour réduire le flux de migrants était inefficace et que les Etats devaient prendre l'initiative de mesures nationales.

Sa collègue de l'Intérieur s'est prononcée pour une application de nouveau très "stricte" du règlement de Dublin qui prévoit que le dépôt des demandes d'asile se fasse dans le pays par lequel les migrants sont entrés dans l'UE - la Grèce dans la majorité des cas.

L'Autriche a refoulé plus de 1.600 personnes vers la Slovénie depuis le début de l'année, tandis que l'Allemagne refoule vers l'Autriche un nombre croissant de migrants ne souhaitant pas demander l'asile chez elle et cherchant à gagner la Scandinavie, affirme la police autrichienne.

L'Autriche a affirmé lundi que le nombre quotidien des migrants refoulés à la frontière allemande était passé de 60 en décembre à 200 pour le début de l'année.

La police allemande a admis mardi une légère hausse du nombre de migrants refoulés vers l'Autriche, mais a assuré qu'il n'y avait pas de nouvelle directive pour renvoyer les réfugiés malgré le tour de vis de Berlin en matière d'accueil des demandeurs d'asile.

Ce flux migratoire est inédit en Autriche depuis les guerres des Balkans dans les années 1990, même s'il est encore loin du chiffre de 170.000 réfugiés accueillis en 1956 lors de la répression par les troupes soviétiques de l'insurrection de Budapest.

La question des réfugiés provoque des tiraillements au sein de la coalition gouvernementale entre chrétiens démocrates et conservateurs devancés par l'extrême droite dans les sondages.

smk/lpt