POLITIQUE
06/01/2016 02:08 EST

Forces et démocratie: Jean-François Larose ne ferme pas la porte à la chefferie

OTTAWA – L’actuel président du parti Forces et démocratie, Jean-François Larose, pourrait prendre la place laissée vacante par son chef.

En entrevue avec le HuffPost, l’ancien député de Repentigny a confirmé qu’il ne « ferme pas du tout la porte à la chefferie » de la jeune formation politique.

Les membres et les anciens candidats de Forces et démocratie doivent se rencontrer à la fin du mois de janvier pour réfléchir à la suite des choses. Un nouveau chef pourrait être désigné à ce moment-là.

Le fondateur, Jean-François Fortin, a annoncé qu’il quittait le navire dimanche dans un article du journal régional L’Avantage. Il dit qu’il continuera de travailler au développement de sa région tout en restant près de sa famille.

Dans une lettre envoyée aux anciens candidats, il a admis être « usé par la politique active », mais se montre confiant quant au bien-fondé de Forces et démocratie – même s’il n’a fait élire aucun député le 19 octobre dernier.

« Vous le savez, il est souhaitable parfois - dans ce type de projet novateur - que les porteurs de changements et d’espoirs soient remplacés et que les contributions puissent être renouvelées », écrit-il.

Élu sous la bannière bloquiste en 2011, Fortin a claqué la porte en août 2014 après l’élection de Mario Beaulieu à sa tête. Il a par la suite fondé son propre parti aux côtés de Larose, un ex-député du NPD.

Forces et démocratie a présenté 17 candidats aux dernières élections, dont un en Ontario et un autre à Terre-Neuve et Labrador. Fortin, lui, a terminé en quatrième place dans la circonscription de Haute-Gaspésie-La-Mitis-Matane-Matapédia, récoltant 12% des voix.

Son ancien collègue Jean-François Larose n’est pas surpris du départ de son chef. « Je pense qu’après les élections, Jean-François Fortin est en réflexion et c’est normal. La porte reste toujours ouverte [pour lui] – c’est quand même le fondateur. »

Larose est d’avis que Forces et démocratie a encore sa raison d’être. Même s’il y a eu un plus haut taux de participation le 19 octobre dernier, dit-il, le taux d’insatisfaction demeure élevé.

Il demeure toutefois confiant que le gouvernement Trudeau ira de l’avant avec sa réforme démocratique afin que tous les Canadiens aient leur mot à dire dans quatre ans.

Jean-François Fortin n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quel est le salaire des députés à Ottawa? (2016) Voyez les images